Liège

Tout est parti d'une dispute entre enfants sur un terrain de foot

Un Tchétchène, résidant à Verviers et âgé de 51 ans, a été condamné vendredi par la chambre criminelle du tribunal correctionnel de Liège à une peine de 12 ans d'emprisonnement après avoir commis un meurtre lors d'une expédition punitive. Ses deux complices, condamnés pour avoir porté des coups et blessures avec préméditation, ont écopé de peines de 18 et 20 mois de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive. Les faits s'étaient déroulés le 14 novembre 2016 à Verviers, rue de Hodimont. Deux pères de famille étaient morts après avoir reçu des coups de couteau après une dispute mêlant les enfants des victimes.

Deux petits garçons issus de familles Tchétchènes s'étaient disputés sur un terrain de football et s'étaient ensuite plaints à leurs parents respectifs. Un père et son frère s'étaient rendus chez le père de l'autre enfant pour évoquer les faits. La scène avait tourné en confrontation lorsqu'un couteau avait été sorti par un des protagonistes.

Lors de la bagarre, le père d'un des enfants avait été frappé au nez et au thorax à l'aide du couteau. Le second père avait pour sa part été atteint de coups de couteau dans le thorax, à l'abdomen et dans le dos. Ces deux pères âgés de 39 et 45 ans étaient décédés des suites de leurs blessures.

Selon l'analyse du tribunal, la confrontation entre les deux enfants avait été prise très au sérieux entre les familles. C'est dans ce contexte que les prévenus s'étaient rendus chez leur adversaire. Deux des prévenus avaient porté des coups et blessures prémédités mais le troisième, après avoir désarmé son rival, l'avait poignardé. Les juges ont relevé qu'il s'agissait bien d'un meurtre et que les circonstances de légitime défense ou d'excuse de provocation ne devaient pas être retenues. L'homme victime des coups de couteau était désarmé et coincé dans un couloir lorsqu'il avait été frappé.

Le principal auteur, condamné pour meurtre, a écopé d'une peine de 12 ans de prison. Les deux autres prévenus, condamnés pour coups et blessures avec incapacité et avec préméditation, ont été condamnés à 18 mois et 20 mois de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive. Ils ont également écopé d'amendes avec sursis