Liège

L'homme a commis un faux dans le cadre du chantier do Grand Fa

Le tribunal correctionnel de Liège a reconnu Hubert Crémers, l’ancien président du CPAS de Malmedy, coupable d'avoir commis un faux pour l’achat d’une chaudière dans le fameux dossier du chantier de la maison de retraite do Grand Fa.

Des faits commis dans le courant du mois de juillet 2009.

A l’époque, l’ambiance était très tendue à Malmedy. Hubert Crémers venait d'être acquitté alors qu’il était soupçonné d’avoir calomnié l’ancien bourgmestre que l’on pensait jusque-là, indétrônable, Robert Denis.

C'est dans cette ambiance électrique que le chantier de résidence pour personnes âgées a pris plusieurs années de retard puisqu’il a été à l’arrêt pendant pas moins de 900 jours !

Au moment de faire appel à des entrepreneurs pour l’achat et le placement de la chaudière dont la valeur avoisine 28.000 euros, Hubert Crémers a antidaté une des offres.

« Un des entrepreneurs avait remis une offre qui n’était pas claire », a indiqué le prévenu lors de la première audience. 

« J’ai dû insister pour qu’il accepte de faire un geste commercial et remettent une nouvelle offre. » Mais cette nouvelle offre est arrivée après les autres et que Hubert Crémers a antidaté ce nouveau document pour que l’offre corresponde. 

Le CPAS de Malmedy a décidé de se constituer partie civile. Selon le parquet, Hubert Crémers n'a pas eu un intérêt dans la manoeuvre, mais il aurait agi pour « éviter des recours et des contestations », a indiqué le procureur. Hubert Crémers a bénéficié d'une suspension du prononcé.