Liège C’était écrit… le comité de quartier compte introduire un recours au Conseil d’État

Nous l’évoquions voici quelques semaines à peine, le dossier des immeubles à appartements prévus sur le site de l’ancienne piscine de Mangombroux n’a pas fini de faire parler de lui…, n’en déplaise à l’échevin de l’Urbanisme Benoît Pitance et aux autorités communales verviétoises qui ont donné leur feu vert pour la dernière mouture du projet à la mi-juillet.

On sentait en effet venir le recours… Ce mardi, réunis sous l’église de Mangombroux, les riverains ont fait savoir, par la voix de Didier Lemaire, président du comité des riverains , qu’un recours sera introduit au Conseil d’État avant le 16 septembre, date butoir. L’avocat chargé du dossier est désigné, il s’agit de Me Alain Lebrun.

C’était écrit donc. Et, malgré le leste lâché par le promoteur Henova dans ce dossier et les modifications sollicitées dans un premier temps par le collège communal, le projet ne satisfait toujours pas. Question de gabarit… encore.

Au départ, on se souviendra que le promoteur envisageait un projet s’élevant sur sept étages (25 mètres) et offrant dix-neuf appartements; l’objectif étant, outre la transformation d’un chancre, de créer ici une émergence architecturale marquant une entrée de ville.

Trop grand… l’avis était partagé à l’époque et la copie devait être revue. De sept étages, le projet est ainsi passé à six puis aujourd’hui à cinq étages, avec non plus dix-neuf mais bien seize appartements… Toujours trop, estiment donc les riverains.

La volonté du comité de quartier ? Non pas remplir de nouveau la piscine de Mangombroux avec de petits baigneurs, mais atteindre un gabarit pour ce projet immobilier qui soit en cohérence avec les gabarits du quartier. C’est-à-dire, pour le comité, un immeuble de trois étages et de quatorze appartements. Mais le dialogue est toujours possible, assurent les riverains…