Liège

Ethias n'a rien fait d'autre qu'un geste commercial de plus de 50.000 €

La chambre du conseil de Liège a prononcé mercredi une ordonnance de non-lieu à l'égard de Stéphane Moreau et de huit autres personnes qui avaient été citées dans un dossier de faux. Le CEO de Nethys Stéphane Moreau et les membres de la direction d'Ethias avaient été inquiétés au sujet d'un contrat d'assurance couvrant les dégâts consécutifs à la chute d'un arbre. L'affaire pour laquelle le parquet avait requis le renvoi de Stéphane Moreau devant le tribunal correctionnel avait débuté en 2010 lorsqu'un arbre situé sur un terrain appartenant à Stéphane Moreau s'était abattu sur le bâtiment d'un voisin.

Le sinistre était élevé d'une cinquantaine de milliers d'euros mais, selon le parquet, Stéphane Moreau n'aurait pas été assuré. Des contrats auraient ensuite été rédigés pour permettre l'indemnisation. Des faits de faux étaient reprochés à Stéphane Moreau, à l'ex-CEO d'Ethias Bernard Thiry et à sept autres cadres supérieurs ou employés d'Ethias.

Toutes les personnes qui avaient été poursuivies devant la chambre du conseil, y compris Stéphane Moreau, ont bénéficié ce mercredi d'un non-lieu. "Il n'y a pas d'infraction pénale qui a été commise. Le processus utilisé dans le cadre de cette assurance ne révèle pas d'élément anormal", a précisé Me Jean-Louis Gilissen, l'avocat d'un membre de la direction d'Ethias.