Liège Le Country Hall accueillait ce samedi la journée des Cadets de l’école du feu.

Dix ans, cela se fête… ce samedi 20 mai, le Country Hall accueillait une grande manifestation au cœur de laquelle on retrouvait nos futurs pompiers. La Province de Liège organisait en effet la grande journée des Cadets de l’école du feu. Outre le passage en revue des sections de Cadets par les autorités provinciales et la remise des brevets aux jeunes pompiers, ce fut l’occasion de découvrir ce qui fait de ce métier un job hors du commun. Les plus jeunes étaient impressionnés… parfois impatients de participer.

"Cet anniversaire est l’occasion pour nous de marquer la transition antre l’ancienne et la nouvelle formation qui est quant à elle plus valorisante", expliquait le Major Christophe Clavier, directeur des Cadets de l’école du feu. "Avec ce brevet qu’ils obtiennent durant la formation, les jeunes peuvent obtenir 50 % du savoir nécessaire au BO1, pour devenir sapeur-pompier". Autant dire que l’école offre une vraie plus-value pour eux, "d’autant qu’après, ils peuvent directement postuler dans les zones de secours". Mais ils ne sont pas encore pompiers professionnels pour autant… ce samedi, chacun mesurait l’engagement que représente ce métier.

"Il y a longtemps que mes enfants me demandent de venir à une démonstration de ce genre", explique ce Liégeois père de famille, "ici c’était l’occasion parfaite et ils ne sont pas déçus".

Durant toute l’après-midi, les visiteurs ont pu assister au challenge des Cadets autour de quatre épreuves chronométrées : l’établissement d’une ligne d’eau, le parcours de sauvetage à travers un tunnel, le parcours du pompier sur une tour d’exercice et la réanimation cardio-pulmonaire adulte. En marge de ces démonstrations, plusieurs ateliers étaient organisés dont un mur d’escalade militaire et un aquarium géant qui a eu son petit succès…

Pour le Major, c’était aussi bien sûr l’occasion de susciter des vocations pour un métier qui, s’il est fascinant, n’est pas toujours accessible.

"Tout le monde ne réussit pas l’école et après, pour devenir pompier professionnel, il y a encore des épreuves officielles et complémentaires, basées sur le physique notamment". En 10 ans, l’école des Cadets de la Province de Liège a déjà délivré 1.500 brevets.

Ce qu'ils aiment ? "Se dépasser"

Ils aiment le sport, le contact avec les gens… mais ne seront pas tous pompiers

Les stars du jour, c’était eux bien sûr, les Cadets qui, demain, seront les hommes et les femmes qui interviendront au quotidien pour porter secours à leurs semblables.

Ce samedi, il y avait les jeunes brevetés, les très jeunes venus admirer les prouesses des sapeurs mais il y avait aussi des jeunes en pleine formation. Ils nous expliquent pourquoi ils ont choisi d’intégrer l’école des Cadets…

"C’est un métier que j’admire depuis que je suis tout petit, explique Sacha, 17 ans, de Seraing. Dès que je vois une émission à la télévision ou que je peux voir des pompiers, je fonce. J’ai reçu une lettre chez moi pour l’école des Cadets, je n’ai pas hésité. Ce qui me passionne surtout, c’est le côté sportif, le fait de se dépasser."

Lucas a 16 ans et il habite à Liège. S’il a choisi d’intégrer l’école, ce n’est pas parce qu’il veut devenir pompier. Mais cette formation lui apportera sans doute beaucoup. "Ce n’est pas une passion depuis que je suis petit mais moi aussi j’ai reçu la lettre et je me suis dit que ça valait la peine d’essayer. J’aime bien faire du sport et j’ai le goût du risque… et puis comme métier plus tard, j’aimerais faire l’armée donc c’est déjà une bonne formation."

Pour Émilie, 16 ans, de Liège, cette formation est une vraie découverte et un plaisir. "Je voulais savoir ce qu’il y avait derrière ce métier. C’est vrai que c’est plus un milieu d’hommes mais j’apprécie vraiment le côté secourisme."

Enfin pour Éléna, 17 ans, d’Oupeye, le choix de son futur métier n’est pas encore fait, "mais cela fait partie de ma liste alors j’ai voulu m’inscrire, explique-t-elle. J’aime bien le contact avec les gens et le fait de se rendre utile. C’est ce que je trouve ici."

Tous les samedis, avec des dizaines d’autres jeunes, ils suivent une formation intensive. Dans une bonne année, ils espèrent obtenir leur brevet !