Liège Elles permettent d’analyser l’impact du CET d’Hallembaye sur l’environnement.

Intradel et sa filiale Uvelia, gestionnaire du Centre d’enfouissement technique (CET) de Hallembaye, ont décidé de faire appel aux services d’Eco-Impact, le tout récent et premier réseau d’experts environnement-santé en Belgique.

La méthodologie de ces scientifiques est la suivante : analyser la qualité de l’air, des eaux et des sols avec des systèmes de biosurveillance. Concrètement, ces experts sont ainsi capables d’estimer l’impact d’activités humaines sur l’environnement grâce à l’analyse de plantes ou d’abeilles.

À Hallembaye, le Réseau Éco-Impact a ainsi installé des ruches sur la falaise qui donne directement sur la décharge, en collaboration avec un apiculteur local. Les abeilles s’avèrent être un indicateur particulièrement précieux dans l’analyse de la qualité de l’air.

"Une abeille butine dans un rayon de 3 km. L’état de santé général d’une abeille peut ainsi être révélateur de l’état de santé des riverains", explique Marie Cors, membre du réseau Éco-Impact.

"Trois fois par an, nous analysons 300 abeilles, et vérifions l’oxydation des protéines, qui est un indicateur utile", précise Rémi Merlen, scientifique d’Éco-Impact, "le centre d’études Apilab, qui fait partie de notre réseau, peut pousser plus loin l’analyse en recherchant si des éléments toxiques sont présents".

Pour Intradel et Uvelia, ces abeilles, qui vivent sur le CET d’Hallembaye depuis plus de deux ans, sont une véritable aubaine.

"Les ruches permettent d’avoir un outil directement compréhensible pour le grand public. C’est un témoin de la bonne gestion de notre centre d’enfouissement technique, où sont valorisés les déchets ultimes", se réjouit Bernard Lising, directeur général d’Uvelia.

C’est aussi un bon moyen de sensibiliser les citoyens à l’importance du tri des déchets. "Les efforts de l’ensemble de la population pour trier correctement les déchets permettent un impact moindre sur l’environnement. Pour preuve, les déchets à Hallembaye ne provoquent pas d’effets négatifs : des abeilles y fabriquent un miel délicieux", conclut Bernard Lising.