Liège La locale Défi fait de cette problématique un argument électoral

C’est ce mardi que la locale Défi de Pepinster avait choisi afin de présenter son programme et de lancer sa campagne en vue des prochaines élections communales. Si les lignes de force de ce dernier ont été dévoilées par les leaders de Défi à Pepinster Robert Dauvister et Jean-Marie Fafchamps, celui-ci ayant été désigné tête de la future liste qui n’est pas encore complète et comporte à ce stade huit noms, ils ont également jeté un fameux pavé dans la mare.

En effet, disant vouloir remettre les citoyens au centre de la vie politique locale et faisant de la bonne gouvernance ainsi que de la sécurité et de la propreté publique leurs priorités, ils ont évoqué la problématique du transit des poids lourds par Pepinster. Soit à en croire Jean-Marie Fafchamps "une question extrêmement sensible en Région wallonne", et ce d’autant plus depuis l’instauration d’une taxe kilométrique sur les véhicules de plus de 3,5 tonnes. Conséquence : un report du trafic sur les routes nationales et autres voiries secondaires, occasionnant des problèmes de sécurité dans les entités traversées.

On l’aura compris : Pepinster est donc concernée au premier chef, toujours si l’on en croit le leader de Défi, par cette question. Et de faire de cette dernière un argument en vue des prochaines élections, laquelle a déjà fait couler beaucoup d’encre. En effet, ainsi que rappelé ce mardi, la population a déjà réagi et un dossier datant de 2011 avec un avis circonstancié de l’IBSR a été constitué. En outre, plusieurs motions ont été soumises au Conseil par l’opposition et une pétition rassemblant plus de 1.000 signatures de riverains a été déposée.

Et ce sans compter d’autres interventions ainsi que l’organisation d’une manifestation de type opération escargot dans les villages de l’entité concernés par le trafic des camions. Pour Défi, les principaux partis se refusent à solutionner le problème et ce n’est pas selon Jean-Marie Fafchamps "la motion manipulatrice" envisagée par le bourgmestre, lequel souhaite instaurer une taxe sur le tronçon Ensival-Sprimont emprunté par les poids lourds, qui est de nature à le faire. D’où la décision qui a été prise d’introduire une double action en justice, à l’encontre tant de la Région que de la commune, consistant en une mise en demeure assortie d’une citation, laquelle sera lancée sous quinzaine en l’absence de réaction des principaux concernés.