Liège Les résultats de l’étude Expopesten font réagir les écologistes de la Basse-Meuse

Il y a quelques semaines, l’étude Expopesten, réalisée par l’ISSEP, visant à évaluer les concentrations de pesticides dans l’air en Région wallonne révélait que l’entité d’Oupeye présentait le plus haut taux de concentration moyenne de pesticides.

Si ces taux de pesticides plus élevés qu’ailleurs ne sont pas alarmants selon l’ISSEP, "ils indiquent clairement que la vigilance doit être de mise en Basse-Meuse, surtout que l’on savait déjà que la zone était particulièrement touchée par la pollution des particules fines", commence Muriel Gerkens, députée fédérale Ecolo.

Dès lors, les différents candidats bassis-mosans de la liste provinciale Ecolo ont décidé de tirer la sonnette d’alarme et de proposer une série d’actions.

"Le ministre Carlo Di Antonio a annoncé une série de mesures qui vont dans le bon sens, mais il faut aller plus loin encore, indique Martial Mullenders, conseiller écologiste visétois, "comme travailler sur les alternatives aux pesticides, mieux soutenir le passage à l’agriculture bio, insister sur la prévention auprès de la population afin notamment de privilégier les produits locaux et de saisons…"

Pour Michel Jehaes, conseiller écologiste oupéyen, "il faut bousculer la logique économique dans laquelle on se trouve, où les agriculteurs se retrouvent coincés et forcés d’utiliser des pesticide"s, explique-t-il, "il est temps de renouer le dialogue avec tous les acteurs : agriculteurs, consommateurs… Il faut revenir à des productions plus petites, tournées vers le circuit court et non vers l’international".

En guise de conclusion, les écologistes précisent qu’il faut "se réjouir de l’existence d’une telle étude sur les pesticides, et qu’il faut être solidaire avec les agriculteurs, détaille Jean Danis, co-président de la régionale Ecolo de Liège, "et, au niveau politique, il faut appliquer le devoir de précaution. Les pesticides ne sont pas une finalité en soi, le monde politique doit mener une réflexion sur ce sujet".