Liège

Branle-bas de combat ce matin en Cité ardente. De manière simultanée plusieurs dizaines d'enquêteurs ont mené des perquisitions dans au moins deux salles de sport Basic Fit à Liège. 

Diligenté par le juge d'instruction Pascale Goossens, les policiers avaient pour mission de découvrir, ou non, des éléments permettant d'établir qu'un trafic d'anabolisants et de produits dopants avait lieu au sein même de ces établissements ! 

En fait, toute cette enquête a débuté il y a plusieurs mois. Au départ, plusieurs travailleurs de la société se sont plaints d’être menacés parfois physiquement et même avec des armes blanches. Lors de leurs devoirs d’enquêtes, les policiers ont alors mis au jour des éléments laissant à penser qu’un trafic organisé d’anabolisants tels que ceux que l’on donne aux chevaux avait lieu dans les différents établissements liégeois de cette enseigne.

A l'heure d'écrire ces lignes, deux établissements ont été mis sous scellés, à Liège et à Seraing, des perquisitions avaient également été menées au domicile privé de plusieurs responsables des sites concernés et des auditions étaient toujours en cours.