Liège Il refuse pourtant d’être l’arbitre du conflit de la majorité. Même en cas d’abstention, son choix aura des conséquences sur le maïorat.

L’incertitude est de mise à Remicourt où nombreux sont ceux qui ne comprennent pas la raison pour laquelle la motion de méfiance individuelle à l’encontre du bourgmestre Thierry Missaire n’a pas été votée comme prévu mardi soir. Si le bourgmestre est toujours à la tête de Remicourt, il ne doit son salut - momentané ou définitif -, qu’au PS.

Même si le but premier du PS n’était sans doute pas de sauver la tête de Thierry Missaire, c’est Jean-Marie Heine, le maïeur sortant, qui se retrouve maître du jeu politique. C’est en effet le PS qui a les cartes en main. Car au sein d’Entente Citoyenne seuls cinq des neuf élus ont signé la motion. En toute logique, le bourgmestre votera contre, les deux élus apparentés au CDH ont confirmé qu’ils s’abstiendront. Au PS, seul l’un des conseillers, l’ancien président du CPAS, votera en l’état actuel des choses en faveur de cette motion. Si le vote avait eu lieu mardi soir, les autres socialistes se seraient abstenus.

Alors que l’ancien bourgmestre et chef de groupe PS au conseil Jean-Marie Heine a demandé et obtenu l’ajournement du point pour étudier le dossier judiciaire, il semble probable que le PS refuse de trancher un conflit qui lui est étranger. Avant de déclarer ne pas vouloir établir un jugement de Salomon, Jean-Marie Heine a déclaré : "Je veux une solution plus durable et plus globale." Ce n’est pas pour autant, assure-t-il, que le PS veut conclure un pacte de majorité avec qui que ce soit. Mais, même en cas d’abstention, le PS tranchera… La majorité ne sera pas atteinte et la motion sera rejetée.

Reste qu’après les attaques venant des deux camps d’Entente Citoyenne on se demande maintenant comment le bourgmestre et les échevins vont pouvoir continuer à travailler ensemble.

Jérôme de Neuville, qui doit succéder à Thierry Missaire si la motion est adoptée, assure que même si celle-ci est rejetée il restera au sein du collège… Bref, la gestion communale risque d’être compliquée et ce, d’autant que Thierry Missaire assure quant à lui que s’il est privé de son maïorat il restera conseiller. Alors qu’Entente Citoyenne ne compte que neuf élus sur les dix-sept, Thierry Missaire pourrait lors de toute décision décider de voter avec l’opposition…