Liège L’élu Jean-Christophe Pannaye emmènera une liste qui a été grandement renouvelée

La liste MR, pour les prochaines élections communales d’octobre à Saint-Nicolas, est fin prête. Et, comme en 2012, les libéraux présenteront une liste complète, à savoir 27 candidats.

"Nous présentons une liste forte, représentative de la population de Saint-Nicolas, explique Jean-Christophe Pannaye, conseiller communal MR qui mènera la liste, il y aura donc 14 candidats et 13 candidates, venant de manière équilibrée des trois entités de la commune. Les différents profils socio-économiques sont représentés : employés, ouvriers, retraités, indépendants, candidats en recherche d’emploi, étudiants…"

La liste présentée par le MR est fortement renouvelée par rapport aux dernières élections communales. En effet, seuls six candidats étaient présents en 2012, donc 5 conseillers communaux et de CPAS sortants sur 7.

En outre, la liste a été très largement ouverte aux citoyens. Quinze candidats sur 27 sont issus de la société civile, et ne sont pas membres du parti libéral. Pourtant, la liste conservera bien son sigle MR. "Les citoyens qui nous ont rejoints souhaitent, comme nous, faire bouger les choses à Saint-Nicolas, après près de 100 années de majorité socialiste", souligne Jean-Christophe Pannaye.

L’objectif est clair pour les libéraux : conserver leur score historique de 2012 et leurs cinq sièges de conseillers, voire, si possible, de gagner un ou deux sièges. "Nous souhaitons pouvoir entrer dans la majorité, afin d’apporter une touche nouvelle, libérale, dans la gestion de notre commune, précise la tête de liste, mais je tiens à préciser qu’il n’y aura aucun accord préélectoral, nous attendrons le verdict des urnes."

Pour ce faire, les libéraux saint-clausiens ont élaboré un programme conséquent, réparti en 14 thématiques et contenant 400 propositions, "qui ont été toutes budgétisées", indiquent les candidats libéraux.

Les priorités absolues des libéraux sont les suivantes : la sécurité, la propreté, le vivre-ensemble, la fiscalité, la bonne gouvernance et la mobilité.