Liège

L'avocat général Laurence Maudoux a requis jeudi devant la Cour d'appel de Liège une peine de 7 ans de prison contre un Congolais de 29 ans poursuivi pour avoir commis des viols suivis de vols sur 7 jeunes femmes. L'homme est suspecté d'avoir utilisé une drogue pour endormir ses victimes et leur faire perdre conscience. Sept jeunes femmes avaient dénoncé les faits commis par Dady N. Elles avaient rencontré cet homme dans des soirées à Liège et à Bruxelles en 2010 et 2011. Toutes les victimes ont décrit des agissements similaires. L'homme se présentait à elles en leur faisant croire qu'il fêtait son anniversaire avec des amis, qu'il avait perdu leur trace et qu'il cherchait un endroit pour dormir.

Dady N. trouvait un prétexte pour accompagner les jeunes filles et les faire boire. Elles étaient ensuite emportées dans une ivresse fulgurante et perdaient conscience. Le lendemain, à leur réveil, elles constataient qu'elles avaient été violées et que Dady N. leur avait aussi volé différents objets de valeur.

L'utilisation d'une drogue comme le GHB a été évoquée lors de l'enquête mais celle-ci n'a jamais pu être prouvée par des analyses car ce produit présente la particularité d'être peu identifiable lors d'analyses toxicologiques.

Le prévenu a été présenté comme un manipulateur incapable de limiter ses pulsions sexuelles. L'avocat général a réclamé sa condamnation à une peine de 7 ans de prison tandis que la défense a contesté les faits de viols pour lesquels il ne serait pas possible de prouver une absence de consentement.

L'arrêt sera prononcé le 3 octobre.