Liège Cette ASBL du CPAS sera-t-elle toujours présidée par Francis Bekaert ?

En 2013, une ASBL répondant au nom de l’action socialiste a été fondée au sein du CPAS de Seraing. Une ASBL créée par Francis Bekeart, alors président du CPAS, pour remplacer l’Apsas. Une ASBL dont l’objet social pose quand même question puisqu’elle prévoit "la diffusion et la réalisation du programme du Parti (socialiste) et de l’action commune par tous les moyens en son pouvoir, et ce, soit par ses propres moyens, soit en collaboration avec les USC locales ou les associations régulières du PS".

Elle étudie des problèmes généraux de doctrine et d’action socialiste ainsi que toutes les questions d’actualité. Elle collabore avec les organisations syndicales, mutuellistes, culturelles et de jeunesse pour la réalisation d’actions en commun, mais "elle informe aussi toutes les instances du Parti sur l’opinion des travailleurs du CPAS de Seraing ainsi que sur les problèmes propres au CPAS lui-même. L’action socialiste ne peut en aucun cas se substituer à une organisation syndicale sur le plan de la défense des intérêts des travailleurs. Elle doit sauvegarder l’intégrité de la FGTB en contrant tout mouvement dissident ou discriminatoire".

Et c’est clairement là que se pose un problème. L’action socialiste du CPAS doit faire barrage aux autres syndicats et remet donc en cause la liberté syndicale dans une administration publique.

L’essence même de cette ASBL laisse aussi circonspect d’autant que, ces derniers temps, des voix en interne se sont élevées contre son existence qui, il faut l’admettre, relève un peu de l’État dans l’État au sein d’un service public. Une machine militante mise en place par le président du CPAS. Cela fait un peu mélange des genres. Président (enfin jusqu’à ce jeudi) de l’institution et président de l’ASBL.

Maintenant qu’il n’est plus président du CPAS, Francis Bekaert démissionnera-t-il de son poste de président de l’action sociale ? Il ne nous a pas répondu.