Liège Un vaste exercice regroupant policiers et secours s’est déroulé samedi dans les Fagnes.

Vers 9 h, ce samedi, une soixantaine de personnes s’étaient donné rendez-vous au lieu-dit du Mont Rigi, en plein cœur des Hautes Fagnes, dans l’est de la province de Liège, sur l’entité communale de Waimes.

Elles étaient là pour participer à un grand exercice opérationnel multidisciplinaire grandeur nature, qui consistait en la recherche de personnes égarées dans cette réserve naturelle, où, plusieurs fois par an, des cas de disparitions sont constatés.

Tous les différents acteurs appelés à intervenir lorsqu’une personne est déclarée disparue dans cette région étaient présents pour l’occasion

Les policiers d’abord, de la zone de secours de la zone Fagnes et de la zone Stavelot-Malmedy ainsi que ceux de la Cellule des personnes disparues et du D.V.I. de la police fédérale. La sécurité civile ensuite, que ce soit les pompiers de la zone Vesdre-Hoëgne et Plateau, les membres de la protection civile et le Rescue Dog Belgium de la sécurité civile. Également présents, enfin, les gardes forestiers de la DNF.

"L’idée de l’opération est de rassembler sur le terrain tous les acteurs afin de définir la meilleure manière de travailler efficacement en cas d’appel pour une personne disparue au beau milieu des Fagnes, explique Julien Collard, pompier initiateur de l’événement, mais, aussi, de manière plus globale, sur tous les cas de disparition auquel on peut faire face".

Ainsi, en plus d’un grand nombre d’hommes et de chiens sur le terrain, les moyens technologiques mis en œuvre lors de l’exercice étaient assez importants.

Dispositif radio, camion logistique permettant de suivre la progression et le chemin emprunté par les différentes équipes de recherche toutes équipées de téléphones portables… Seul l’hélicoptère manqu ait à l’appel ce samedi.

"Le but de cet exercice, c’est de nous améliorer dans notre méthodologie, conclut Valéry Maréchal, inspecteur principal à la Cellule des personnes disparues de la police fédérale, à la fin de la journée, on pourra tirer les leçons pour être plus performants encore à l’avenir".

"Quatre heures... pour retrouver six personnes !"

Pour ce grand exercice, les organisateurs avaient concocté un scénario très réaliste

Après une poignante minute de silence initié par Hugues Chanson, pompier volontaire à Spa, en mémoire d’Amaury Delrez, le policier abattu à Spa en août dernier, tous les participants à l’exercice de recherche de personnes égarées de ce samedi en Hautes Fagnes se sont plongées dans le scénario de la journée.

"Nous venons de recevoir un appel d’un éducateur spécialisé en charge de personnes atteintes de handicap mental", explique Valéry Maréchal, inspecteur principal à la Cellule des personnes disparues de la police fédérale. "Cet homme nous a indiqué avoir perdu la trace de six de ces personnes, au milieu des Fagnes. Vous avez désormais quatre heures pour les retrouver".

Bien sûr, ces six personnes avaient disparu pour du faux. Mais la soixantaine de participants, bien décidés à jouer le jeu, s’est directement plongée dans le bain.

Après un briefing détaillé, six équipes sont parties sur le terrain, à 11 h. Cinq escouades accompagnées de chiens, une autre effectuant une battue en ligne. Une dernière équipe, enfin, était en charge de la logistique et du contrôle des opérations.

Sur le terrain, chacun a son importance. Les maîtres chiens cherchent à retrouver la trace des personnes disparues, tandis que d’autres fouillent méthodiquement les lieux. Les gardes forestiers, quant à eux, servent de véritables GPS pour les équipes. "C’est vrai que nous sommes les seuls à connaître ces forêts et ces chemins comme notre poche", sourit Manuel Lemaire, garde forestier en Hautes Fagnes.

"Chaque équipe fouille un secteur délimité", détaille Valéry Maréchal. "Au total, nous allons pouvoir passer au peigne fin une zone s’étendant sur 3 km de long et 2,5 km de large en pleine nature".

Une journée chargée, qui devrait permettre aux services d’améliorer leur coordination et d’ainsi augmenter les chances, à l’avenir, de retrouver en bonne santé un maximum de personnes disparues.