Liège Il a eu des gestes déplacés dans l’enceinte même de l’IPES de Micheroux

Le parquet de Liège a requis une peine de six ans de prison à l’encontre d'un homme de 35 ans, un informaticien qui avait des fonctions d’enseignant, pour avoir commis des attentats à la pudeur et des viols sur quatre étudiantes mineures d’âge qui fréquentait l’établissement où il travaillait.

L’informaticien travaillait à l’Institut provincial d’enseignement secondaire spécialisé de Micheroux. Il était en contact avec des jeunes filles fragilisées. En 2017, il entretenait des relations avec quatre jeunes filles en même temps. Les demoiselles ignoraient toutes que l’homme entretenait des relations avec d’autres. Certaines sont tombées amoureuses de l’intéressé. Les deux plus jeunes étaient à peine âgées de 15 ans.

L'enseignant a commencé par engager la conversation avec les jeunes filles à l’école avant de les ajouter sur Facebook. Il a entamé des conversations Messenger lors desquelles il leur demandait des vidéos et des photos dénudées. Il a également pris soin de leur demander d’effacer les conversations. Certains faits se sont produits au sein même de l’établissement scolaire. Il a notamment demandé à une des jeunes filles d’enlever sa culotte et de la lui donner. Les jeunes filles ont évoqué des baisers, des caresses, de la masturbation, mais aussi des fellations et l’intromission d’un doigt dans les parties intimes.

Le prévenu a nié les viols techniques, mais a admis avoir eu des relations au même moment avec plusieurs jeunes filles. "Je regrette, a déclaré le prévenu. Il y a eu des gestes déplacés de ma part, mais je n’ai pas couché avec."

La défense a plaidé une peine de moins de cinq ans, laissant une place pour le sursis.