Liège Nathalie Maillet, directrice générale, promet quelque chose d'exceptionnel pour le centenaire du circuit.

Nathalie Maillet est à la tête de la société Spa-Francorchamps depuis 6 mois et, déjà, celle-ci marque de son empreinte la gestion du circuit. Ce mardi, elle présentait ses ambitieux projets en commission, au parlement wallon. La volonté est de faire de Spa-Francorchamps le circuit "le mieux connecté au monde".

Une demande de subside de 1,5 million a été introduite auprès de la Région. "Nous y répondrons favorablement", a d’emblée précisé Jean-Claude Marcourt, ministre de l’Économie. Connexions, casques virtuels ou encore salle de spectacle dans le raidillon sont des pistes évoquées.

Vous parlez de digitalisation à 100 %, qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

"Je parle d’une connexion avec le public. Actuellement, ce n’est pas possible et notre ambition est vraiment d’offrir différents services, d’aller plus loin comme embarquer virtuellement dans une voiture. Il s’agit d’augmenter le pouvoir du public sur le circuit".

Embarquer dans la F1 d’Alonso, ce sera bientôt possible ?

"Je ne pensais pas à la F 1 mais avec peu de matériel, on peut déjà l’envisager dans certains événements et dans des zones bien définies, oui".

Spa-Francorchamps, c’est un circuit qui est à la traîne ?

"Nous avons les capacités et la renommée mais pour l’instant oui, il manque cette connexion avec le public".

Quel est le premier projet phare qui doit être mis en place ?

"J’aimerais être prêt pour la nouvelle saison et donc pour mars 2017. D’ici là, je pense qu’on peut concrétiser le renouvellement des caméras de pistes avec le digital, une application ainsi que des écrans géants à demeure, permanents. Je sais que c’est ambitieux mais c’est tout à fait possible".

Le subside demandé semble acquis… l’idée, est aussi de faire venir un public plus familial ?

"Oui effectivement. Pour le moment, nous avons 6 000 personnes qui visitent nos installations, les coulisses, lors de visites organisées entre le 15 mars et le 15 novembre. Je suis persuadée qu’il y a moyen d’améliorer les services, nous avons la notoriété pour. La nouvelle infrastructure va aussi permettre d’aller chercher les plus jeunes, les 15-25 ans, les plus petits aussi qui pourront s’imprégner du sport automobile, de cette ambiance particulière du circuit".

En 2021, c’est le centenaire du circuit, qu’est-ce qui est prévu ?

"On ne sait pas encore… mais ce sera quelque chose d’exceptionnel".