Liège La rénovation du téléphérique comprendra plusieurs volets. En voici le détail...

Le collège communal de Huy a présenté, jeudi matin, au Ministre wallon du Tourisme René Collin son projet de rénovation du téléphérique. "L’intérêt du projet, c’est qu’il a été intégré dans une stratégie globale et qu’il est séquentié", estime René Collin au terme de la présentation. Ce n’est, en effet, pas uniquement la réhabilitation du téléphérique que désire mener la Ville. Elle veut aussi repenser son téléphérique en fonction de divers points d’intérêts. "Il faut articuler le téléphérique comme un lien à la fois avec le point de départ en bord de Meuse, avec l’intermédiaire le fort, avec le Mont mosan, le mur de Huy et aussi la rive droite", explique Joseph George, l’échevin du Tourisme.

"On tente de faire de cette difficulté une opportunité. À travers, ce téléphérique en va faire quelques de nouveau", explique le député-bourgmestre Christophe Collignon. Et ce n’est pas parce qu’il s’agit de faire quelque chose de nouveau qu’il faut repartir d’une feuille blanche. L’expertise a montré que les stations et les pylônes sont sains. Ils seront conservés. Par contre, toute la partie électromécanique qui date des années 50 sera remplacée. La capacité et la vitesse des cabines ne seront pas modifiées. Ce seront donc des cabines du même gabarit qui seront installées.

La grande nouveauté est que les deux stations et l’arrêt au fort seront munis d’un ascenseur afin de permettre l’accès aux personnes à mobilité réduite. Le coût de la réhabilitation du téléphérique est estimé à 6.200.000 euros.

En outre, l’autorité communale désire aussi rénover le parc récréatif de la Sarte, là où arrive le téléphérique. Cela devrait se faire dans le cadre d’un partenariat public privé.

Enfin, le collège communal a aussi décidé de rénover la station inférieure et l’ensemble de ses abords. C’est cette partie du chantier qui devrait être la première à être lancée (lire ci-contre). Le coût de ce projet est quant à lui estimé à 1.632.000 euros.

Reste que l’année prochaine, le gouvernement wallon lancera un appel à projets dans le cadre du financement alternatif. La ville rentrera le dossier téléphérique et le Ministre Collin a déjà annoncé : "C’est un projet qui est éligible car il est structuré et structuran t".

Dans le courant de l’année prochaine, un marché de service sera lancé afin de désigner l’auteur de projet pour la partie du dossier qui concerne les aménagements de la station basse.

Les premiers travaux pourraient quant à eux débuter dans le courant de l’année 2018. Aucune date n’est encore avancée quant à la remise en route de cet outil touristique unique en Belgique.