Liège Un appel à manifestation d’intérêt va être lancé… et un prix global est fixé

Il y a bien trop longtemps que le site de loisirs des Prés de Tilff est à l’abandon (et à vendre)… depuis l’été 2010 précisément. La nouvelle d’un appel à manifestation d’intérêt est donc une heureuse annonce même si d’aucuns pourraient déplorer les retards accumulés dans ce dossier alors que le site présente des caractéristiques uniques en région liégeoise.

Ce lundi, le collège d’Esneux devrait donc se pencher sur cet appel qui doit être validé par le conseil communal. Et si tous les feux sont verts, les candidats acquéreurs devraient se faire connaître pour fin 2018 au plus tard. On avance…

L’appel en question est plus concret que celui lancé il y a quelques années (et qui n’avait pas séduit les foules). Car il y a un prix fixé tout d’abord mais aussi parce qu’un cadre relativement précis est indiqué. Et que tant le commissariat général au Tourisme (CGT) que la commune, sont conscients de l’urgence (relative) du dossier.

Ce prix… il a donc été fixé à 1,276 million d’euros en tenant compte à la fois des terrains (3,49 ha), de la conciergerie et du bâtiment touristique. Sans la conciergerie, le montant s’élève à 1,121 million d’euros. Notons que la vente n’est pas l’unique possibilité puisqu’une concession de droit réel est aussi envisagée… et la commune a quant à elle confirmé son souhait d’acquérir la Maison du folklore tilffois et le terrain qu’elle occupe.

Quant aux conditions, quelques zones d’ombre persistent mais puisqu’on se situe en zone inondable, tout n’est pas permis. Clairement, l’orientation touristique doit être privilégiée puisqu’on se situe dans une région propice et car le site a toujours eu cette vocation.

Dans l’appel en question, on cite les projets déjà évoqués : lieu de séjour touristique, de loisirs, activités commerciales, sportives… Et on indique que le bâtiment principal pourrait être transformé voire rasé. Enfin, les modifications du sol ne devraient pas être acceptées… zone inondable oblige. Le prix d’achat resterait toutefois le principal critère devant la faisabilité du projet puis la faisabilité urbanistique.