Liège

"Une prévention efficace adaptée aux pratiques des travailleurs sexuels", voilà ce que dit poursuivre, depuis 25 ans déjà, Espace P. Une prévention qui, estime l’association au service des travailleurs du sexe, passe par l’écoute et l’absence de jugement. C’est tout !

Liège, Bruxelles, Namur, Charleroi et Mons mais aussi, plus récemment Arlon… La prostitution est aussi vieille que présente dans nos villes, dans nos quartiers et nos rues… sur nos trottoirs ! Sur le terrain, Espace P a pu s’en rendre compte et a ouvert ses antennes en suivant le phénomène, sans jamais le juger. C’est son "ADN".

"Espace P rencontre les personnes prostituées sur leur lieu de travail, à toutes les heures du jour et de la nuit, sans discrimination […] Nous refusons l’interventionnisme paternaliste. Nous refusons l’apitoiement. Nous refusons l’amateurisme et le bénévolat", mentionne l’ASBL.

Grâce au travail du photographe Frédéric Pauwels, une exposition est organisée avec une inauguration en soirée, ce 13 décembre au Liveclub (rue Roture, 13). L’exposition sera également accessible les 14 et 15 décembre de 14 h à 17h. Outre le vernissage, cet anniversaire sera agrémenté d’un concert et de témoignages. Et si les photos surprennent, les paroles "bousculent les clichés".

Dans un manifeste relifté, on retrouvera le reflet de la philosophie de travail d’Espace P, ces valeurs défendues dans les actions de l’association. On y dénonce notamment "l’hypocrisie du système juridique actuel qui tantôt taxe les bars et les salons privés, tantôt pénalise le racolage"; 17 revendications sont énumérées dans le document diffusé notamment sur www.espacep.be.

En Cité ardente, on ne peut éviter le dossier de la fermeture des bars en Cathédrale-Nord, loin d’avoir réglé le problème dit-on chez Espace P. "Aujourd’hui, Liège semble s’orienter vers une prohibition qui ne dit pas son nom." Dans ce contexte, la prostitution, plus vieux métier du monde, a encore de beaux jours devant elle. Et Espace P entend toujours être présent, "pour défendre les droits des prostitué(e)s".