Liège

Le chef de corps de la police locale liégeoise Christian Beaupère n'a pas souhaité commenter mercredi les informations de la RTBF évoquant des "tirs amis" qui auraient blessés deux des quatre policiers lors de la tuerie du 29 mai à Liège. Il a par contre contesté les propos du président du SLFP Police Vincent Gilles, qui estimait que les forces de l'ordre manquent d'entraînement. "Il nous apparaît extrêmement prématuré de relayer des informations relevant de la sphère de l'expertise balistique dans la mesure où nous n'avons pas encore reçu le rapport dudit expert. 

La complexité de la scène de crime nécessite de nombreux devoirs et vérifications et par conséquent, la police locale de Liège ne se prononcera pas. Seul le parquet fédéral est en mesure de le faire", a indiqué le chef de corps de la zone de police liégeoise dans un communiqué.

Christian Beaupère en a par contre profité pour adresser quelques mots au président du syndicat SLFP Police, Vincent Gilles. Selon ce dernier, le manque cruel d'entraînement des policiers pourrait expliquer les tirs amis dont auraient été victimes deux des quatre policiers le jour de la tuerie de Liège.

"Il est vrai que 4X4 h d'entraînement par an et par policier est une norme à respecter. Mais à Liège, nous avons préféré renforcer les prescrits de cette norme. Chaque policier opérationnel, en plus de ses séances de tir, suit également des entrainements en maîtrise de la violence sans arme à feu ainsi que des séances Techniques et Tactiques d'Intervention", a nuancé le chef de corps. Les policiers liégeois ont également reçu une formation AMOK (réaction à une menace armée représentée par un individu seul) en deux journées de huit heures, à la suite de la tragédie de la place Saint-Lambert survenue en décembre 2011.

"Pour en revenir aux propos de Vincent Gilles, quand ce dernier dit qu'il réclame depuis des années la création d'un centre régional d'entraînement, je répondrai que nous en disposons déjà, sous la forme de l'Ecole de Police de la Province de Liège", a souligné Christian Beaupère.