Liège

L’association UrbAgora publie une étude urbanistique sur le quartier d’Outremeuse

LIÈGE Les points forts, les points faibles, des propositions autour des thèmes de la mobilité, du commerce, du logement, des équipements ou de l’aménagement des espaces publics, l’étude publiée par l’association liégeoise UrbAgora, intitulée “Outremeuse, île endormie ?” et consultable sur urbagora.be, cartographie ce quartier populaire de Liège.

Le principal axe commercial du quartier (les rues Puits-en-Sock et la chaussée des Prés) connaît un sévère déclin depuis 30 ans, remarque UrbAgora, avec des fermetures, une perte de variété et de qualité. Et sur les 424 rez-de-chaussée à vocation commerciale d’Outremeuse, 81 sont vides. Un nombre important d’anciens magasins a été transformé de manière irréversible en appartements.

L’association propose que la Ville rachète des commerces vacants, les rénove et les loue à de jeunes commerçants. Elle souhaite que l’on lance des marchés hebdomadaires et thématiques sur l’île de Meuse et que l’on réalise des aménagements de voiries visant à créer des espaces piétons et de terrasses pour l’horeca.

Concernant le logement, si l’offre est variée, une partie de la population a du mal à trouver une habitation décente. UrbAgora suggère entre autres que l’on inspire d’une action menée à Bruxelles. Le CPAS propose aux propriétaires de bâtiments délabrés de financer leur remise en état, à charge pour eux ensuite de les mettre en location à des prix très modérés.

Au niveau des équipements, le quartier est plutôt bien doté : écoles, piscine, commissariat, bibliothèque, salles de spectacle… Mais les activités pourraient se diversifier davantage avec le renforcement des bains publics, l’installation d’une mairie de quartier et la création d’un musée de l’Immigration. “Le quartier présente la particularité d’abriter à la fois le cœur de l’identité liégeoise et une population étrangère très importante. L’arrivée d’un tel musée aurait donc un caractère symbolique fort et il aurait le potentiel de devenir une des plus grosses attractions touristiques de la ville” , précise l’étude.

UrbAgora plaid encore pour un réaménagement des quais côté Dérivation, en supprimant les trémies et en dégageant plus d’espaces pour les piétons, la création d’un square place du Congrès et rêve de la transformation du toit de la tour Simenon, qui offre un panorama exceptionnel sur la ville, en une attraction touristique.



© La Dernière Heure 2012