Liège Sarah Schlitz (Écolo) estime que des actions concrètes peuvent être entreprises par la Ville de Liège

Il y a quelques mois à peine, Greenpeace établissait ce constat, à la suite d’un test réalisé dans 222 établissements scolaires de Wallonie : la qualité de l’air n’est qualifiée de bonne que dans 3 % des établissements sondés. Logique citadine : les établissements liégeois figureraient parmi les mauvais élèves.

En ce lundi 3 septembre, jour de rentrée scolaire, les élus liégeois effectuaient aussi leur rentrée sur les bancs du conseil communal et, en soirée, Sarah Schlitz, conseillère Écolo, en a donc profité pour interroger les échevins de la majorité PS-CDH, sur les bonnes résolutions de la rentrée. Une rentrée littéralement "polluée" pour nos chères têtes blondes estime l’élue.

"L’année dernière, plusieurs études ont démontré quel piètre élève la Ville de Liège faisait en matière de qualité de l’air", explique Sarah Schlitz, "en particulier aux abords des écoles. Une mobilité du tout à la voiture asphyxie les élèves jusque dans leur classe tandis que les alternatives tardent à se mettre en place faute de volonté politique".

Pour la conseillère de l’opposition, l’environnement est l’affaire de tous et la Ville de Liège a clairement un rôle à jouer… "Contrairement à ce que pensent certains, il y a des choses à faire au niveau local". L’élue évoque ainsi plusieurs actions concrètes, faciles à mettre en place, comme la fermeture des rues des écoles aux heures de "pointe", "et la possibilité de créer des rangs jusqu’à l’école, ou encore le développement du covoiturage". Sans oublier l’option cyclable bien sûr et la possibilité de développer l’usage du vélo pour les trajets domicile-école, via les parkings sécurisés pour vélos notamment…

Ce lundi soir, en séance publique, Pierre Stassart (PS), échevin de l’Enseignement, a répondu positivement aux sollicitations de la conseillère : "il existe des solutions pour réduire la pression automobile, nous allons les étudier"… Il n’y a plus qu’à…