Liège Un programme amendé plus de 300 fois : le résultat des rencontres de Vert Ardent

Davantage de démocratie, de solidarité, d’ouverture, de collaboration et de vert pour une ville… simplement plus agréable à vivre. À près d’un mois du scrutin électoral, la machine politico-coopérative Vert Ardent, issue de l’union de membres du parti Ecolo et du mouvement Demain (notamment) et initiée par Ecolo il y a un peu plus d’un an déjà, présentait ce jeudi 6 septembre l’essentiel de son programme et, donc, de ses ambitions pour l’avenir de Liège ; le tout rassemblé dans un épais document (80 pages), avec 300 amendements des membres, fonctionnement oblige.

"Ce programme, nous sommes fiers de le présenter aujourd’hui", commente Caroline Saal, cheffe de file de Vert Ardent, qui dévoile en quelque sorte le bébé du mouvement, car il est le fruit de toutes ces "réunions publiques, rencontres avec les acteurs locaux, les habitants et personnel communal". Des rencontres particulièrement enrichissantes doit-on comprendre, "et lors desquelles nous avons bien ressenti un accueil positif", poursuit la tête de liste, "nous étions même souvent remerciés pour le fait de tenir compte de la déception de la population par rapport à ce rejet de la politique exprimé ces dernières années".

Ce n’est donc pas un hasard si, dans ses priorités, le mouvement Vert ardent parle de “transparence des décisions, des rémunérations et des nominations politiques”. Mais l’éthique en politique ne fait bien sûr pas tout. Dans ces 80 pages, on retrouve aussi cette volonté d’offrir un droit au logement, via l’agence immobilière sociale, sous utilisée précise Vert ardent, la proposition d’offrir, dans toutes les écoles, une soupe bio et locale gratuite, la création de pistes cyclables ou davantage de places de crèches.

Des idées véhiculées aujourd’hui par tous les partis ? Certes mais qui ont toujours fait l’ADN d’Ecolo (avant Vert ardent). “Et nous ne présentons pas ces idées comme certains à un an des élections. La soupe bio gratuite, c’est pour nous une première étape”, poursuit Caroline Saal, “et si le budget participatif est en place depuis cette année à Liège, avec une enveloppe de 100.000 euros, nous prônons un montant d’un million, dix fois plus important”.

Une ville plus “collaborative, où l’une de nos priorités est aussi de créer de nouveaux emplois grâce à la transition écologique”, précise Quentin Le Bussy.

L’écologie comme source d’inspiration et comme moteur économique d’un nouveau modèle de gestion de la ville.

Les 12 priorités de Vert Ardent sont...

Vert ardent propose…

Ouvrir 300 nouvelles places subventionnées en crèche.

Offrir un réel droit au logement via l’Agence immobilière sociale et le CPAS.

Rendre la taxe urbaine "non-ménages" juste et progressive.

Créer des pistes cyclables continues et sécurisées en priorité aux abords des écoles.

Un soutien à l’alphabétisation et à l’apprentissage du français comme langue étrangère.

Assurer la transparence des décisions, rémunérations et nominations politiques.

Assurer l’accès à 1 espace vert à moins de 10 minutes à pied.

Nommer un médiateur de bruit.

Une soupe bio et locale, gratuite dans toutes les écoles.

Instaurer un arrêt de bus à la demande entre 22 h et 6 h.

Gérer la ville ensemble, via un budget participatif d’un million.

Créer de nouveaux emplois grâce à la transition écologique.