Liège Le projet muséal n’est pas abandonné. Il est à la Fédération Wallonie-Bruxelles

À l’ombre du Grand Théâtre de Verviers, qui focalise attention et calculettes, l’hôtel de Biolley, classé depuis 1973 et appelé à devenir un nouvel espace muséal, a un peu de mal à se frayer un chemin sur le devant de la scène médiatique et au sein de cénacles politiques.

Pourtant, au sein même de la majorité verviétoise, on fait tout pour que ce dossier ne pourrisse pas dans les tiroirs. Il y a d’ailleurs six semaines, le collège de Verviers a réaffirmé sa volonté de poursuivre le dossier et a écrit en ce sens à la ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles afin que cette dernière marque son accord sur l’avant-projet qui date de 2015. Un accord qui évidemment ouvrira les vannes financières puisque le projet qui coûtera la bagatelle de quelque 10,5 millions d’euros sera éligible à un total de 7,3 millions d’euros de subsides.

Le temps a cependant fait son œuvre et une modernisation du projet muséal, afin de correspondre aux critères technologiques modernes attendus dans les musées du XXI e siècle, sera demandée au bureau d’architecture désigné et son partenaire parisien dès que la ministre Alda Greoli aura marqué son accord sur ledit avant-projet.

L’hôtel de Biolley est appelé à accueillir un parcours Beaux-Arts rassemblant les collections de peintures et de sculptures des musées communaux ainsi qu’un parcours présentant l’histoire de Verviers centré sur les XIXe et XXe siècle. Sans oublier un espace pour les expositions temporaires.

"Complémentairement à son rôle de moteur dans le développement dans ce quartier historique de Verviers, le musée, grâce à la dimension nouvelle qu’il prendra par sa présentation de l’histoire de Verviers, peut devenir un nouvel outil pour le développement du vivre-ensemble et l’appropriation de la ville et de son patrimoine par tous ses habitants", souligne Jean-François Istasse, l’échevin de la Culture .