Liège Il est condamné pour divers détournements au détriment de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’ex-directeur d’une grosse école de l’agglomération verviétoise était poursuivi devant le tribunal correctionnel pour des détournements estimés à plus de 16.000 euros, plus un vol de 4.000 euros.

Il avait expliqué au tribunal qu’il avait constaté la disparition d’une enveloppe contenant 4.000 euros, dont il s’estimait responsable parce qu’il avait laissé ses clefs sur son bureau pendant le week-end.

N’ayant pas porté plainte par peur de voir sa nomination remise en cause, il a tenté de boucher les trous en rognant sur les recettes qui provenaient de la garderie, de la piscine, des dîners, des ventes diverses, de la fancy-fair, etc.

Mais comme cela n’allait pas assez vite, il s’est mis à jouer, ce qui a provoqué sa chute. C’est une vérification des comptes de l’école par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a permis de découvrir les manipulations de la comptabilité, un expert évaluant le trou à 16.000 euros.

Ce qu’il contestait, estimant les spoliations à un maximum de 10.000 euros et se déclarant innocent du vol des 4.000 euros. Ses explications n’avaient guère convaincu le ministère public, qui les estimait bizarres et fumeuses.

Mais considérant que la suspension et sans doute la perte prochaine de son emploi, ainsi que l’atteinte à sa réputation et les sommes à rembourser, seraient déjà une sanction, il ne pensait pas nécessaire de l’envoyer en prison, et réclamait une peine de 120 heures de travail, ou un an de prison.

Un réquisitoire que son avocat Me Franchimont avait trouvé modéré et juste, en estimant qu’une peine de travail serait "une peine élégante".

C’est effectivement la peine prononcée par le tribunal : 120 heures de travail, ou un an de prison, en l’acquittant toutefois du vol des 4.000 euros. Il a fixé à 7.750 euros le préjudice indubitable à rembourser à la Fédération Wallonie- Bruxelles.