Liège Le bâtiment classé, qui a été racheté, est au cœur d’un vaste projet de rénovation

Situé au cœur de Cheratte-bas, le château Saroléa, édifié au dix-septième siècle, va probablement connaître une seconde vie dans les prochaines années.

Laissé à l’abandon depuis des lustres, ce bâtiment qui a été classé au patrimoine wallon a été racheté, après moult péripéties, au cours de l’année passée.

Après plusieurs essais de ventes publiques et une tentative par les autorités de monter un système de co-propriété Community Land Trust finalement abandonné, les anciens propriétaires ont finalement trouvé un acquéreur prêt à mettre la somme demandée, ce qui a interrompu la dernière vente publique.

Si le montant de la transaction entre les deux particuliers n’a pas été communiqué, on sait en revanche que le nouvel acquéreur, un entrepreneur néerlandais, porte un projet de rénovation novateur pour le château et son parc.

"Depuis le rachat, nous, les autorités visétoises, avons rencontré le nouvel acquéreur à deux reprises, précise Luc Lejeune (CDH), échevin visétois de l’Urbanisme et des Bâtiments, son vaste projet de rénovation est porté par un auteur de projet, un architecte spécialisé dans la rénovation de bâtiments historiques classés".

L’idée portée par l’entrepreneur néerlandais et son auteur de projet est la suivante : rénover en profondeur le château Saroléa afin d’y installer un espace dédié à l’Horeca et d’y faire aménager des chambres d’hôtes. Un chantier vaste et ambitieux.

"Il s’agit d’une déclaration d’intention pour l’instant, tient à préciser Luc Lejeune, les démarches administratives auprès des instances patrimoniales de la Région seront longues, vu que le bâtiment est classé. Mais, nous pouvons tout de même nous réjouir : si le projet se concrétise bel et bien, ce sera une excellente nouvelle pour la redynamisation de Cheratte-bas".

Il n’y a donc, pour l’instant, pas de calendrier précis quant aux éventuelles rénovations qui s’annoncent. Si le projet se concrétise, le château, actuellement insalubre et en ruine, pourrait radicalement changer de visage au cours des prochaines années.