Liège Un nouveau titre national lors de l’Enduro de l’Amblève pour le jeune talent de Neupré.

Il y avait plus de trois cents participants pour l’Enduro de l’Amblève, rendez-vous à Aywaille qui s’affirme, au fil des années, comme l’Enduro le plus difficile de la saison. Preuve aussi dans les chiffres avec plus d’un tiers des concurrents qui ont été contraints à l’abandon.

Même le grandissime favori a goûté aux joies de la boue. Mais cela n’a pas empêché Martin Maes de remporter les huit spéciales des 38 kilomètres. Si les courses belges ne sont pas aussi relevées que dans certains pays étrangers, cela montre tout de même l’état de forme de notre jeune et talentueux représentant. "Je ne me suis jamais senti aussi fort et autant en confiance qu’actuellement", avouait-il. Cela s’est vérifié avec les temps scratchs sur toutes les spéciales du jour pour finalement s’imposer avec quasiment 2 minutes d’avance sur son dauphin.

La présence de Martin Maes était aussi guidée par d’autres raisons que d’enfiler le maillot tricolore. "Venir ici, à l’Amblève, était une bonne préparation pour les prochains rendez-vous au niveau international parce que les spéciales sont très exigeantes. Je comprends que cela soit même compliqué pour certains mais, de mon côté, j’estime qu’on a de la chance d’avoir une telle épreuve en Belgique. On doit respecter la demande des organisateurs de ne pas venir rouler sur les spéciales en dehors de l’Enduro mais j’aimerais venir m’entraîner ici toute l’année. Ça serait une bonne chose que l’on ait même des traces permanentes ouvertes à tous."

Martin Maes allait même plus loin en insistant sur le fait que cet Enduro pourrait rêver de devenir un jour un Enduro World Séries. C’est d’ailleurs dans une EWS que l’on le retrouvera rapidement. Après un début de saison avec des conditions climatiques difficiles, le Neupréen espère retrouver un temps plus clément du côté de l’île de Madère sur un tracé qui pourrait bien lui convenir. Et pourquoi ne pas y réaliser une première grosse performance.