Liège

Il n’a pas supporté que son épouse lui fasse une remarque sur son retard

Christophe a écopé de 4 mois de prison avec devant le tribunal correctionnel de Liège pour avoir violenté son épouse sous les yeux de leur fillette. 

 L’homme qui était à la charge de son épouse après avoir perdu son emploi n’a pas supporté qu’elle lui fasse une remarque parce qu’il avait deux heures de retard et qu’il avait usé le peu d’argent du ménage !

 En effet, la situation était compliquée après la perte d’emploi de Christophe. 

 Les dettes s’accumulaient et les huissiers étaient de plus en plus présents. La compagne a fini par faire une dépression… 

 Dans la soirée du 14 août 2016, Christophe est allé boire au café. Il avait plus de deux heures de retard lorsqu’il est rentré. Son épouse se trouvait dans le divan avec leur fille lorsqu’il est arrivé. La dame lui a fait part de son mécontentement. 

 Une dispute a alors commencé. Le jour des faits, après avoir été arrêté, il a admis avoir violenté la victime, mais le jour de l’audience, il expliquait ne plus se souvenir.

 « Elle a continué sur le fait que je n’en n’avait rien à foutre d’elle », avait-il expliqué aux policiers. « J’ai retourné les chaise et la table», avait-t-il déclaré. « Je l’ai saisie par la mâchoire et par le bras. » 

 Christophe ne s’explique pas comment la dame avait des traces de strangulation et des contusions à la tête, aux épaules, des douleurs au genou et selon le médecin qui l’a auscultée, une commotion cérébrale. 

 Le médecin lui a accordé une incapacité de travail de 25 jours. Lors de l’audience, la victime a expliqué au tribunal qu’elle avait « exagéré » et qu’elle n’avait pas eu de commotion cérébrale. Le tribunal a déclaré la prévention établie.