Liège

Roland Gilles, le président de Weywertz, dit ne jamais avoir connu un championnat comme celui-ci

Braives champion en P2A, Trooz en P2B; la seule inconnue se situait en P2C, où quatre équipes pouvaient encore prétendre au titre. C’est finalement Weywertz qui, après son écrasante victoire sur Elsaute (6-0), rejoint l’élite provinciale, un an après l’avoir quittée. "C’est une fierté pour nous. Je ne sais pas trop comment qualifier cette montée si ce n’est de géniale ou de fantastique", dit Roland Gilles, président du club depuis six ans, après avoir occupé le poste de secrétaire.

Malgré toutes ces années passées à Weywertz, le boss dit ne jamais avoir connu une saison comme celle-ci. "Tout le monde a effectué un travail formidable dans l’équipe, alors que notre objectif premier n’était pas de monter directement mais bien de pouvoir participer au tour final. Le noyau était juste extraordinaire et le coach a obtenu ce qu’il voulait absolument : la montée, explique Roland Gilles, qui a connu des hauts et des bas avec son club. Nous avons joué en P1 et en P2 sans jamais trouver de stabilité. C’est maintenant l’objectif premier, poursuit l’homme heureux. Cette saison a été très compliquée avec une série qui comporte de grosses pointures, comme Eupen, La Calamine, etc."

Pourtant, lorsqu’on lui demande quelle équipe l’a le plus impressionné, il ne cherche pas trop loin. "Sans aucun doute : Weywertz. (rires) Nous avions toutes les cartes en main et nous avons parfaitement géré. Nos ultras nous aident aussi beaucoup et font partie du succès du club. Ils mettent une ambiance folle à chaque match", raconte le président.

Pour la saison prochaine, le club a annoncé qu’il garderait exactement le même noyau que cette saison. "Tout le monde a confirmé. Nous essayerons simplement d’intégrer quelques jeunes petit à petit."

La bière à peine digérée, les joueurs doivent déjà se concentrer sur le match de ce mardi en Coupe de la Province à Trooz (20 h). "Tout ce que nous pouvons prendre maintenant, ce n’est que du bonus. Nous irons le plus loin possible", conclut Roland Gilles.