Liège

Le Liégeois du Bluestars Racing Team, est champion d’Italie de karting indoor

GRIVEGNÉE Depuis son plus jeune âge, Yoan Médart est passionné par les sports moteurs. Aujourd’hui, à 20 ans, il peut désormais se targuer d’être champion d’Italie de karting Indoor. “Assurément le plus beau succès de ma carrière. J’ai conquis mes lauriers à Milan. C’était en mars, au terme d’un long week-end. Il fallait d’abord s’extirper des séries le samedi avant de passer par la demi-finale et la finale le dimanche” , explique le pilote du Bluestars Racing Team. “J’ai été contacté par le Team Manager, Gregory Laporte, fin 2010. Actuellement, j’y côtoie notamment Kenny Geldhof, double champion du monde.”

Cette rencontre est sans conteste un plus pour le Liégeois (Bressoux). “Il y règne une saine concurrence où l’émulation nous permet de progresser. Je suis dans une structure qui m’offre la possibilité de m’aligner dans des courses aux quatre coins de l’Europe. En juillet, nous étions à Essen (Allemagne) pour les Championnats du Monde. Le Team projette de se rendre aux 24h du Mans.”

En Belgique, Yoan est présent sur tous les fronts. “Fin du mois, nous serons aux 24h d’Eupen avant d’enchaîner avec les 12h de l’Hurrican Dolhain Karting en octobre. J’ai remporté 13 fois l’épreuve dont mes 7 dernières participations” , ajoute-t-il.

Cette passion de la course auto, le jeune homme la partage et la transmet aux débutants. “Je dispense des cours de pilotage à Grivegnée. En plus de la technique et de la stratégie de course, il est important de travailler le mental. Il faut leur inculquer l’envie de toujours donner le meilleur de soi-même. Il ne faut jamais abdiquer tant que le drapeau à damiers n’a pas été brandi.”

Même si la Formule 1 est et restera un rêve, Yoan ne désespère pas obtenir un volant en Fun Cup. “C’est généralement la première étape qui réunit quelques épreuves dans le Bénélux et en Angleterre. Je serais également prêt à prendre part à un rallye.”

Fraîchement diplômé en comptabilité, il reconnaît que le sport l’a aidé à mener à terme ses études. “Il m’a permis de prendre confiance en moi et de m’affirmer. Il faut se forger un caractère pour évoluer dans un monde de requins (sic). J’ai appris à persévérer pour atteindre mes objectifs.”

Gageons qu’il étoffera encore, au désespoir de sa maman qui prend les poussières, sa collection de trophées, qui recense déjà une bonne centaine de récompenses. Et ce n’est pas fini…



© La Dernière Heure 2012