Luxembourg Un an après le jugement dans cette affaire, Daniel Ortmans se confie

Souvenez-vous de Daniel Ortmans. En 2013, ce professeur (nommé) donnait des cours dans la section électricité à l’Itela (Arlon). Il avait alors alerté son monde sur la présence d’amiante au sein de l’établissement. L’affaire avait fait grand bruit à l’époque. Tant dans les médias que dans la région. Et la machine judiciaire avait été lancée à son encontre.

Il revient sur ses moments douloureux. "Deux plaintes avaient été lancées contre moi. On voulait m’écarter de l’établissement. C’est ainsi que je me suis retrouvé accusé de faux et usage de faux, ajouté à une soi-disant vente d’examens de qualification que j’aurais fait à trois étudiants. Tout cela était évidemment non fondé. Après plus de quatre ans et demi de procédure, j’ai été acquitté en octobre 2017", rappelle-t-il.

Écarté dans un premier temps par sa direction, il a ensuite dû changer d’école. Au même moment, il a été amputé de la moitié de son salaire durant ces quatre ans et demi. Somme qu’il a finalement pu percevoir après le verdict en sa faveur. La réaffectation que la FWB (Fédération Wallonie-Bruxelles) lui a proposée en janvier dernier engendre aussi un risque de perte financière a moyen terme.

"À la suite du verdict, j’ai été obligé de changer d’établissement dans l’intérêt de tous. Je n’ai pas accepté cette décision car je ne comprends pas pourquoi je devrais arrêter d’enseigner à l’Itela alors que j’ai été blanchi. Alors que pendant ce temps, d’autres personnes du même établissement - qui sont eux aussi encore poursuivis au pénal pour d’autres motifs - peuvent y exercer leur profession. Y aurait-il deux poids, deux mesures au sein de la FWB ?", s’interroge-t-il.

L’instruction est en cours. Daniel Ortmans a fait opposition et ira au Conseil d’État pour tenter de changer les choses. Un retour au sien de l’Itela n’est donc pas à exclure. Aujourd’hui, il clame une fois pour toute son innocence. "Que les gens sachent bien que j’ai été acquitté. J’ai trop souffert des remarques de certaines personnes qui me prenaient, voire me prennent encore, pour le méchant de l’histoire", conclut-il. Il souhaite également écrire un livre ou créer un site Internet où il racontera toute son histoire. Ce qui ne plaira peut-être pas à tout le monde…

L.T.