Luxembourg
© Lallemant
L’activité a repris sur le site de Veviba devenu Qualibeef mais avec une équipe réduite

La réouverture de l’atelier de découpe, à l’abattoir de Bastogne, mardi matin, a été accueillie favorablement par les ouvriers même si le travail n’est pas garanti tous les jours à l’ensemble du personnel. Elle a été précédée d’un contrôle minutieux.

"Les surfaces ont été analysées afin de s’assurer qu’elles étaient bien aux normes", explique le nouveau responsable de la qualité des produits. "Des check listes ont été établies pour vérifier que tout était en ordre de marche. La remise en route s’est déroulée en étroite collaboration avec l’Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire."

© Lallemant

Ils étaient une dizaine, soit huit bouchers, trois étiqueteurs et trois emballeurs, à reprendre le travail. Les clients ne se bousculent pas encore aux portillons et la reprise s’est déroulée avec une petite quantité de viande. "Cinq bovins ont été abattus", précise le responsable qualité. "Les carcasses sont restées au frigo pendant 40 heures avant d’être découpées. Les morceaux emballés, étiquetés et placés dans des caisses ont été emportés par les clients en fin de journée et transportés dans un camion frigorifique."

Le département portion consommateur est toujours à l’arrêt, faute de clientèle. Quant au surgélateur industriel, il reste sous scellés. Il contient plus de 600 tonnes de viande. Christian Kerkhofs, manager ad intérim désigné par la Sogepa, devenu le CEO de Qualibeef, est satisfait de la reprise même si beaucoup reste à faire pour retrouver des clients.

"L’abattoir, qui a conservé son agrément, a tourné au ralenti pendant trois mois", explique-t-il. "L’activité va reprendre progressivement. La plupart de nos clients ont, en effet, été obligés de trouver un plan B. Ils se sont tournés vers d’autres abattoirs équipés d’un atelier de découpe, comme Liège ou Mouscron."

La récente perte du label Belbeef du groupe Derwa, devenu Viande de Liège, est perçu par le nouveau management comme une opportunité de récupérer une partie de la clientèle.