Luxembourg

Le mois dernier, le dernier Basic Fit de la province a ouvert ses portes à Libramont. Pour cette enseigne, le succès est déjà au rendez-vous. Les inscriptions sont nombreuses et les sportifs affluent.

À quelques kilomètres de cette salle, le Binam Fitness de Neufchâteau ne peut pas en dire autant. "Pourquoi sont-ils venus s’implanter par ici ? Ça ne leur apporte rien. Ils sont déjà présents dans les grandes villes. Libramont, c’est vraiment pour venir dire : ‘on est là aussi !’ Partout, même dans les villages ou villes moins importantes que Bruxelles, Liège, Namur, etc. Mais en agissant de la sorte, ils viennent aussi embêter les indépendants que nous sommes. C’est peut-être la mort annoncée pour les salles de sport comme la mienne", confie désespérément le gérant de la salle chestrolaise. Bertrand Guiffo Kuate a ouvert son centre il y a presque 4 ans. Sa clientèle reste fidèle mais aujourd’hui, il a des doutes quant à la pérennité de son entreprise. Les tarifs pratiqués par Basic Fit sont en effet attirants. Surtout pour les jeunes. Les charges à supporter ne sont pas les mêmes. Ce sera pire si les clients s’en vont…

"C’est un danger. J’ai très peur. Leur prix n’est pas normal et est plutôt déloyal. La conséquence ? Je vais devoir m’adapter et m’aligner sur leur tarif. Ce qui signifie aussi que pour pouvoir être rentable et survivre, il faudrait que je reçoive deux fois plus de clients dans la salle chaque mois. Sachant que la situation était déjà compliquée avant leur arrivée, je crains que ce nombre ne soit jamais atteint…", poursuit-il. Notre homme est un battant et ne va pas lâcher prise. Son travail, il le fait avec passion et il compte bien sur la mentalité des gens pour le poursuivre décemment.

"J’espère que la clientèle sera reconnaissante. Je fais de mon mieux pour satisfaire mes clients depuis des années. Je compte aujourd’hui sur leur soutien. Ils savent que nous n’avons rien à envier au Basic Fit. Au niveau de l’équipement, on est aussi au top ! C’est le dernier cri. Et question suivi ou coaching, je crois que la réponse est évidente. Il n’y en a pas chez ce concurrent." Bref, voici quelques critères pour encore décider certains athlètes encore indécis.

L.T.