Luxembourg Le CA de Vivalia s’est prononcé en faveur de l’augmentation du nombre de lits

Le conseil d’administration de Vivalia vient de se positionner sur les propositions formulées par le conseil médical d’Arlon dans le projet de construction d’un Centre hospitalier régional Centre-Sud à quelques jours de la rentrée du dossier Vivalia 2025 à la RW dans le cadre de l’appel à projets.

"Nous devons avancer et passer à la vitesse supérieure, affirme Yves Bernard, le directeur général de Vivalia. Nous avons fait, jeudi, une ouverture vers le monde médical. La volonté de tendre la main et de dégager un consensus était manifeste."

Les quatorze propositions portaient sur le dimensionnement du futur CHR mais aussi sur la gouvernance, la représentativité des médecins ou encore le budget du matériel médical. Elles ont été votées avec une majorité confortable par le CA qui se félicite par ailleurs du soutien réitéré des deux autres conseils médicaux - ceux de Libramont et Marche-Bastogne - sur Vivalia 2025.

Sur certains points , des conditions ont été posées. "Le management a apporté une réponse claire aux médecins d’Arlon quant à leurs revendications, notamment sur le dimensionnement du futur hôpital ou la superficie de la polyclinique, commente Yves Bernard. Il s’agit d’un geste important pour sortir de la politique de blocage actuelle."

Ainsi, le CA a porté la capacité du futur CHR à 720 lits, au lieu de 600, et le centre de revalidation provincial, à Libramont, à 90 lits, soit un total de 810 lits.

Ces propositions avalisées par le CA vont à présent être envoyées aux trois conseils médicaux. Le gestionnaire les inscrira à l’ordre du jour des prochains comités permanents de concertation (CPC) de septembre. "Tant les conseils médicaux de Libramont et de Marche-Bastogne que le gestionnaire souhaitent vivement qu’à l’issue de ces CPC programmés en septembre, Vivalia puisse avancer concrètement dans son plan stratégique et, notamment, dans la création des associations de service qui permettront le respect de la préférence vivalienne", conclut Yves Bernard.