Luxembourg Pas facile de porter un déguisement intégral quand les températures frôlent les 30 °C

Pour sa 22e édition, le Labyrinthe de Barvaux a choisi de plonger ses visiteurs dans l’univers de Tarzan. Disséminés aux quatre coins du dédale de maïs, les comédiens se démènent pour donner vie aux nombreux personnages qui peuplent l’aventure. Et ils ont chaud.

Les acteurs doivent en effet composer avec des conditions climatiques extrêmes, caractérisées par le soleil et des températures élevées. "C’est la force mentale qui fait qu’on y arrive, confie Émeline Marcour, engoncée dans un costume de gorille qui la recouvre de la tête aux pieds. Avec la chaleur, on a parfois l’impression de devenir complètement débile."

Les comédiens ne sont pas pour autant livrés à eux-mêmes. "Le Labyrinthe nous fournit une glacière, des talkies-walkies, et les chefs de services sont aux petits soins pour nous. On dispose également de pauses de huit minutes entre chaque prestation. Quant à mon costume, il a été conçu de sorte qu’il soit suffisamment aéré. J’ai également la chance d’avoir un abri, contrairement à d’autres personnages qui jouent en plein soleil."

La performance n’en reste pas moins très physique. "En tant que comédien, on sait à quoi s’attendre en participant au Labyrinthe. Je l’aborde comme un challenge. Il faut apprendre à maîtriser son énergie différemment en fonction de la chaleur. Le corps finit par s’habituer. J’ai d’ailleurs l’impression qu’il trinque moins au fil du temps. Et puis, le public manifeste beaucoup d’empathie à notre égard. Les visiteurs nous demandent si ça va, on essaye de leur répondre en restant dans notre personnage."

Ce n’est pas la première fois que le Labyrinthe est confronté à des températures aussi élevées. Voilà quelques années, les responsables avaient adapté les horaires dans le cadre d’un plan canicule. "C’est parfois un peu compliqué à mettre en place, commente Jean-Luc Arendt, responsable du Labyrinthe. "Il faut que les visiteurs soient prévenus des changements d’horaires à l’avance." Infos sur www.lelabyrinthe.be.

N.P.