Luxembourg La Province lance une campagne de sensibilisation sur le covoiturage

L’objectif de la Province est clair : elle souhaite davantage sensibiliser les gens (20 à 55 ans) au problème de mobilité et tente de changer les mentalités. Surtout chez les jeunes conducteurs, de moins en moins nombreux à passer leur permis et sans doute les premiers à aborder. La tâche est quand même ardue.

"On ne changera pas le monde en un jour, mais il faut continuer de la sorte. Nous sommes la première province en Région wallonne a vraiment mener une campagne de sensibilisation en ce sens", explique Christine Vintens, cheffe de projet de la Locomobile.

Chaque jour , pas moins de 40.000 travailleurs belges passent la frontière pour aller gagner leur croute au Grand-Duché. Les chiffres du covoiturage stagnent un peu en Belgique et la province n’est guère épargnée par ce phénomène. La campagne s’oriente donc vers le grand public et les entreprises.

"Nous lancerons des spots spécifiques sur les réseaux sociaux et la TV communautaire. On organisera également des opérations spécifiques ou des concours divers dans les entreprises."

La campagne a été officiellement lancée ce 23 mai et se finira en septembre prochain, lors de la semaine de la mobilité. Ce week-end, une première opération sur le terrain sera visible lors du festival Mai’Li/Mai’Lo organisé à St-Hubert.

"Nous aurons un stand d’information sur le covoiturage en forme de voiture qui déambulera dans la foule. De plus, nous distribuerons des logos de l’application Internet Common. Une plateforme dédiée au covoiturage et que nous souhaitons faire connaître", poursuit-elle.

La Province est également impliquée dans un dossier qui pourrait lui permettre de recevoir des fonds supplémentaires pour améliorer la mobilité aux abords de la frontière. "C’est le Plan wallon d’investissement. On ne voulait pas rater le wagon. On parle déjà de créer ou d’améliorer certaines plateformes multimodales. Des parkings pour faciliter le covoiturage. Ça existe déjà un peu partout (ex : Habay, Bastogne, Arlon…). D’autres suivront", explique Patrick Adam, le député provincial en charge de la Mobilité.

L.T.