Luxembourg Selon le ministre René Collin, la réorganisation n’affaiblira pas sa capacité d’action

L’Unité antibraconnage va être démantelée ? C’est ce que redoute Ecolo Luxembourg. Le projet du gouvernement wallon de regrouper les agents de l’UAB au sein du Département de la nature et des forêts (DNF) suscite de vives inquiétudes chez Ecolo mais aussi dans les rangs d’associations engagées dans la protection de la nature, comme Inter-Environnent Wallonie.

"Cette unité a atteint d’excellents résultats, tant sur le plan de sa mission initiale de lutte contre le braconnage à grande échelle que sur celui de nouveaux enjeux tels que les dérives en matière de chasse, tout en développant ses missions au bénéfice de la conservation de la nature et de la biodiversité", indique Ecolo Luxembourg.

"Son autonomie, sa distance par rapport aux utilisateurs de la forêt et de la nature, son lien rapproché avec les services des procureurs du Roi constituent ses forces. Elle doit impérativement les conserver." D’après Ecolo, cette réorganisation ne répond à aucune nécessité.

Un avis que ne partage pas le ministre René Collin. "On ne va pas démanteler l’UAB !", affirme-t-il. "Il n’y aura pas d’affaiblissement de la force de contrôle au niveau des infractions relatives à la loi sur la conservation de la nature, au Code forestier et aux autres législations concernées."

Pour le ministre, il n’y a pas de risque de manque d’indépendance dans la mouture envisagée qui consiste à placer l’UAB et les préposés forestiers sous l’autorité d’un seul inspecteur général de département, à savoir celui du DNF et ce, "dans une optique d’optimalisation de la coordination des missions de police des agents".

René Collin précise , par ailleurs, que ce changement, au niveau de la hiérarchie, répond bien à une nécessité. "L’UAB fait partie du Département police et contrôles", explique-t-il. "La coordination de cette unité était, jusqu’à il y a peu, assurée par un policier fédéral. Pour diverses raisons, notamment une différence de statut, ce n’est plus possible. La coordination sera dorénavant assurée par l’inspecteur général du DNF."

N.L.