Luxembourg Selon le bourgmestre, Gouvy affiche un pourcentage dans la moyenne en Région wallonne

En 2012, sur les 3.639 électeurs que comptait la commune de Gouvy, 500 ne s’étaient pas rendus aux urnes, soit près de 15 %, un pourcentage dans la moyenne par rapport aux autres communes wallonnes, selon le bourgmestre Claude Leruse.

"Nous n’avons pas fait la distinction entre ceux qui votaient par procuration car ils étaient malades, à l’étranger ou empêchés pour des raisons professionnelles", souligne-t-il. "Cela dit, la plupart ont fait parvenir un courrier reprenant les motifs avec les justifications nécessaires. J’en connais quelques-uns qui n’ont fait aucune démarche et ne sont pas allés voter."

Pour ce scrutin du 14 octobre, l’employée communale, à qui cette tâche a été confiée, a reçu une centaine de demandes de procuration et une vingtaine de certificats médicaux ou autres autorisant l’exemption. "Les procurations sont moins nombreuses qu’il y a six ans", relève le bourgmestre. "De plus en plus d’électeurs ne souhaitent plus qu’un proche vote à leur place et préfèrent être exemptés."

En théorie, sans raison valable, admise par le juge de paix, une amende peut être infligée par le tribunal de police. Les montants oscillent entre 30 et 80 euros pour une première absence non justifiée et entre 60 et 200 euros pour une récidive. La loi prévoit également que si l’on ne vote pas plus de quatre fois en quinze ans, il faut s’attendre à être rayé des registres électoraux pour une période de dix ans.

En pratique ? "En 2012, il avait été décidé que la recherche des électeurs absents ne constituait pas une priorité pour les procureurs, occupés par des tâches plus importantes", se souvient l’employée. "Nous ne savons pas encore si ce sera le cas cette fois-ci. Par contre, des poursuites ont déjà été engagées contre des assesseurs qui ne s’étaient pas présentés sans motif valable."