Luxembourg

Le 28 septembre dernier, en fin d'après-midi, tout avait débuté par ce qui devait être un contrôle policier du côté de Saint-Médard (Herbeumont). Une patrouille avait repéré un véhicule suspect. Et le passager s'était mis au volant à la place de sa compagne pour engager une folle course-poursuite.


Depuis le 9 juillet, l'homme, purgeant une longue peines, était en en cavale de la prison de Marche où il n'était pas rentré après un congé. La patrouille a fait appel à des renforts. Un barrage a été dressé à Bertrix mais le fuyard l'a franchi et pris la N89 à contre-sens. D'autres véhicules, dont une ambulance, ont réussi à se mettre sur le côté pour éviter un accident. Un deuxième barrage a été forcé à Luchy. Le fuyard montera finalement sur l'E411 à plus de 167 km/h. Sorti à Transinne, il a fait face à un dernier barrage. Pour arrêter le véhicule, un policier n'avait pas eu d'autre solution que d'utiliser son arme pour viser les pneus et le capots. Ce jeudi, le conducteur s'est retrouvé devant le tribunal correctionnel de Neufchâteau pour entrave méchante à la circulation et rébellion. Le policier qui a utilisé son arme est toujours sujet à du stress post-traumatique.

Du côté du parquet, la procureur Marie-Eve Bouilllon réclame trois de prison pour le prévenu qui avait déjà un fond de peine fixé à 2028. Un homme connu comme grand consommateur de cocaïne. Son avocat, Me Dimitri De Coster, au lieu de plaider sur le fond, a fait un procès des conditions de détention. « Son comportement n'est pas dû à la drogue mais à la peur de retourner à la prison de Marche où il a fait l'objet d'agressions pour de la drogue et de l'alcool, et où cela serait occulté par l'administration » a lancé l'avocat en demandant au tribunal de tenir compte du contexte. Le détenu a depuis été transféré à Arlon.