Luxembourg Pour Bernard Adam, les kayaks monopolisent la rivière au détriment de ses autres fonctions

Bernard Adam, de Grandhan (Durbuy), milite pour une meilleure utilisation de la rivière. Le mouvement politique qu’il a fondé au départ de son ASBL Pays de Durbuy se présentera d’ailleurs aux prochaines élections communales avec une proposition pour le moins radicale : en finir avec les kayaks sur l’Ourthe.

" Le kayak à Durbuy, c’est un peu comme le nucléaire en Belgique, observe-t-il. Les gens pensent qu’il est impossible de s’en passer, alors qu’il existe d’autres façons plus intéressantes d’utiliser la rivière. "

Pour Bernard Adam , les activités touristiques liées à la pratique du kayak ont fini par coloniser l’Ourthe au détriment des autres fonctions qu’elle remplissait par le passé. " C’était autrefois une source d’énergie, de nourriture, et d’amusement. Aujourd’hui, une seule ressource occupe la totalité de la rivière. Or, celle-ci pourrait créer beaucoup plus d’emplois que l’exploitation des kayaks n’en crée actuellement. Ce sont des emplois purement saisonniers et de petites manœuvres, alors que les progrès technologiques ou les avancées en matière de gestion piscicole permettraient d’utiliser la rivière pour le bien de tous, tout en créant des emplois de qualité sur le long terme. Avec les moyens de production énergétique actuels, plus besoin d’un gros débit pour faire tourner une turbine, il suffit d’une petite chute d’eau. On pourrait également développer des cours de pêche, sensibiliser la population à la biodiversité. L’idéal serait que les opérateurs touristiques aillent dans ce sens. Tout le monde gagnerait à faire évoluer sa vision des choses."

Bernard Adam évoque également l’impact du tourisme de masse sur les milieux naturels. " S’il n’y avait qu’un seul opérateur de Maboge à Comblain, on s’en ficherait. Mais avec plus de 2.000 kayaks en rotation, on se retrouve avec des rivières en très mauvais état. Le passage des kayaks fragilise les berges, détruit les frayères, nuit à la reproduction des poissons et créé des problèmes de photosynthèse par faible débit. Ce ne qu’un des multiples facteurs de pollution des cours d’eau, mais c’est aussi la forme d’utilisation la plus visible de la rivière. "

N. P.