Luxembourg En colère, le bourgmestre, Claude Leruse, a demandé à bpost d’installer un distributeur de billets

Ce 3 mai, la dernière agence bancaire de Gouvy ferme ses portes. En effet, après la BNP Paribas Fortis, c’est au tour de la Record Bank de mettre la clé sous le paillasson. "Ce jeudi, le matériel informatique sera débranché dans l’après-midi, déplore le gérant. Le distributeur de billets, en façade, sera enlevé dans les prochains jours." Il regrette que les démarches menées auprès d’autres banques aient été vouées à l’échec.

"Deux enseignes ont été approchées. En raison de la faible densité de population, les démarches n’ont pas abouti. Le volet assurance se maintient, dans ce bâtiment de la rue de la Gare, mais nous ne savons pas pour combien de temps car la partie bancaire amenait de l’activité."

Le gérant déplore que le digital l’emporte sur l’humain. Il parle d’un "grand gâchis", tant pour les commerçants de Gouvy, qui vont devoir se rendre à Vielsalm ou à Houffalize, pour retirer de la monnaie et déposer des billets, que pour les aînés, sans agence bancaire près de chez eux, et les touristes, privés de distributeurs de billets.

Face au désarroi des personnes âgées, Camille Mourant, le président du Conseil consultatif des aînés, demande que des initiatives soient prises pour tenter de trouver des solutions. Le bourgmestre, Claude Leruse, a des mots très durs pour les banques qui désertent sa commune.

"Nous sommes dégoûtés par leur comportement, martèle-t-il. Si nous avions deux fois plus de population, elles s’intéresseraient à nous. C’est scandaleux de délaisser ainsi les citoyens des zones rurales."

Le bourgmestre vient d’écrire à bpost pour lui demander d’installer un distributeur de billets, en façade, dans la rue de la gare. "Quand il n’y a pas de banque, la poste est tenue de placer un distributeur de billets, accessible 24 h sur 24, précise-t-il. Dès que nous aurons reçu la réponse, nous proposerons au conseil communal d’approuver, comme à Erezée, un contrat de bail qui lie la commune à bpost."

Nadia Lallemant