Luxembourg "Nous avons enfin pris le rythme de cette P1, mais il est trop tard", déplore Thierry Claude, le coach de Nothomb, vainqueur de Meix-devant-Virton

Mardi soir, en match d’alignement, le leader, Meix-devant-Virton, s’est incliné dans ses installations. Le plus surprenant, c’est que l’adversaire de la soirée était Nothomb, le dernier de P1 déjà condamné à la relégation. "Ils nous ont sans doute pris un peu de haut", commentait le coach, Thierry Claude. Au match aller, Nothomb avait pris une claque : 1-7. "Je n’ai pas reconnu le Meix qui nous avait battus en championnat et aussi en Coupe. C’était sans doute un jour sans pour eux."

Oppagne, le second classé, n’a que partiellement profité de cette défaite. Les Gaulois ont ramené un point de Chaumont et reviennent donc à trois points de la pole position. Ils devront encore jouer contre Nothomb lors de la dernière journée. "Le match sera peut-être décisif pour la montée", sourit Thierry Claude qui estime que son équipe a enfin compris ce qu’était la P1. "Nous avons mis trois ou quatre mois pour comprendre. Nous avons enfin pris le rythme de cette P1, mais il est trop tard. Si nous avions eu un mois de plus, je pense que nous aurions pu accrocher la place de barragiste."

Thierry Claude n’est pas mécontent de retrouver la série 2A. "Nous la connaissons par cœur. J’ai pris moins de plaisir en P1 que dans cette série."

Certains avaient parlé d’exode du côté de Nothomb suite à cette descente. Thierry Claude se fait un plaisir de démentir. "Je parlerais plutôt de stabilité. La plupart des joueurs restent à Nothomb."

On doit donc s’attendre à voir l’équipe du président Eric Schroeder jouer de nouveau les premiers rôles en 2A. "Nous sommes un peu trop forts pour la P2 mais un peu trop faibles pour la P1", résume Thierry Claude. "Ce n’est pas une mauvaise chose de descendre mais j’aurais quand même préféré que l’on se sauve. Avec une année d’expérience, la suivante aurait été moins compliquée. Ce qui est certain, c’est que nous avons appris beaucoup et que si nous remontons dans un, deux ou trois ans, nous serons en mesure d’aborder différemment le challenge."

Nothomb n’est pas la seule équipe condamnée à la descente. Depuis mardi, on sait que Wellin retournera également en P2. Le FCJLA, Champlon et Erezée ont gagné et se battent toujours pour éviter la bascule.