Luxembourg Pascal Delperdange ne s’est pas manifesté auprès du collège communal de Bastogne.

Le projet de Musée du vélo, à développer à la gare du Sud, se concrétisera-t-il ? C’est le souhait, en tout cas, de la commune de Bastogne.

Que deviendra l’occupant des lieux, Pascal Delpardange, le gestionnaire de Naturane ? Le collège communal lui a proposé récemment de signer une nouvelle convention afin de clarifier la situation. Une convention à signer avant le lundi 3 décembre à midi, mais l’intéressé ne s’est pas manifesté.

"La commune a envisagé un nouveau projet touristique et familial pour lequel un subside wallon a été obtenu au printemps dernier pour un montant de 2 030 000 euros", rappelle le bourgmestre. "L’appel d’offres a désormais été lancé vers les auteurs de projet et les architectes intéressés doivent pouvoir accéder au site. Or, Pascal Delperdange leur a mis des bâtons dans les roues lors de leur visite. Ils ont donc des difficultés pour pourvoir remettre un projet digne de ce nom dans les délais."

Selon la commune de Bastogne, l’occupant a refusé de dialoguer et de participer aux rencontres proposées et elle a, dès lors, posé un ultimatum. "Constatant cette attitude depuis de nombreuses années et l’impossibilité de dialogue, la commune lui a envoyé une convention lui permettant de poursuivre ses activités sur le site de la gare du Sud pour les deux prochaines années", poursuit le bourgmestre. "En effet, s’il avait accepté la convention proposée, il aurait disposé encore d’un an d’occupation des locaux et terrains communaux de la gare du Sud, puis d’une année supplémentaire pour disposer des terrains et du hangar qui se trouve à proximité de l’athénée royal."

La commune avait précisé que si la proposition de convention n’était pas approuvée le 3 décembre et mise en œuvre immédiatement, elle n’aurait plus d’autre choix que de s’adresser à la justice pour faire respecter ses droits et avoir accès à sa propriété et ainsi permettre aux auteurs de projet intéressés de réaliser leur travail dans de bonnes conditions. Contacté par nos soins, Pascal Delperdange n’a pas souhaité faire de commentaires.