Luxembourg Le dossier a été déposé, mercredi, à la Région wallonne sans l’accord des médecins des Cliniques du Sud Luxembourg

Le torchon brûle, à nouveau, entre les médecins des Cliniques du Sud Luxembourg (CSL) et la direction de Vivalia. Alors qu’elle avait tenté de dégager un consensus, le conseil médical des CSL a voté à 95 % contre les nouvelles propositions. "La capacité du futur hôpital Centre Sud ne peut passer de 600 à 720 lits sans l’accord des médecins sur le fonds d’investissement. Or, à ce jour, aucun accord de cofinancement n’a été conclu ", précise le docteur Georges Mairesse, président du conseil médical des CSL. " Nous restons, par ailleurs, opposés au maintien des 90 lits de revalidation à Libramont ."

Selon les médecins du Sud, les nouvelles propositions ne sont rien d’autre que de "la poudre aux yeux". Ils reprochent à la direction de faire passer les intérêts financiers et politiques avec l’intérêt des patients.

Reste que malgré cette nouvelle levée de boucliers, le CA de Vivalia s’est réuni, mardi soir, pour approuver les cinq sous-dossiers, dont celui du futur Centre hospitalier régional à Houdemont, soit un investissement de 355 millions d’euros, à rentrer en réponse à l’appel à projets de la Région wallonne.

"Le docteur Mairesse continue à affirmer que le futur hôpital sera trop petit en s’appuyant sur des documents d’octobre 2017 qui ne sont plus d’actualité", s’insurge Yves Bernard, directeur général de Vivalia. "En réalité, le nombre total de lits est porté à 822. En effet, un plateau médico-technique consacré à la revalidation est prévu dans les esquisses du futur CHR." Il précise qu’une nouvelle rencontre avec les médecins du Sud est à l’agenda en septembre afin de trouver un terrain d’entente.

Le dossier validé par quatorze administrateurs - cinq se sont abstenus et Kamal Mitri a voté contre - a été déposé mercredi pour s’inscrire dans le futur plan quinquennal de financement des projets hospitaliers. La députée Nathalie Heyard précise qu’elle s’est abstenue car même si la Province est favorable au projet, elle en a "ras-le-bol" de cet imbroglio et souhaite que la population, qui n’y comprend plus rien, soit rassurée.

Nadia Lallemant