Luxembourg

Nombreux sont les Hottonais à s’être déplacés lundi soir pour assister à l’installation du nouveau Conseil communal de Hotton. 

Un conseil emmené par une courte majorité, l’alliance Entente Communale-Union Communale totalisant 9 sièges sur 17 face aux troupes de Philippe Courard et leurs 8 sièges. « Nos liste n’ont commis aucun hold-up électoral », souligne Jacques Chaplier en réponse aux nombreuses critiques formulées à l’issue du pacte de majorité. Pacte que l’opposition s’est abstenue de voter. « Je peux comprendre la frustration de certains, mais notre accord respecte scrupuleusement la loi communale », insiste le bourgmestre. Philippe Courard dénonce quant à lui « une majorité stratégique ». « Vous avez privilégié le nombre de postes à l’intérêt général », poursuit-il. « Les électeurs avaient pourtant exprimé une volonté de changement. » Le bourgmestre sortant Jacques Chaplier rempile donc pour un deuxième mandat à la tête du Collège communal. Il conserve les fonctions qu’il exerçait sous l’ancienne mandature (État-civil, Citoyenneté et civisme, Aménagement du territoire, Urbanisme, Police, Mobilité et sécurité, Administration), de même que le premier échevin Jean-François Dewez (Agriculture, Forêt, Environnement, Tourisme, Commerce, Culte, Cimetières, Développement rural). De nouveaux rapports de force se dessinent toutefois entre l’Entente Communale du bourgmestre et l’Union Communale du premier échevin. Cette dernière accroît sa représentation collégiale d’un troisième échevin : Simon Habran conserve ses mandats (Finances, Culture, Développement Durable, Informatisation) tandis que Laura Debatty fait son entrée dans l’exécutif en héritant des matières anciennement détenues par l’échevine sortante Martine Schmit (Enseignement, Jeunesse et sports, Aînés, Famille, Salles publiques, Intergénérationnel). La liste Entente Communale a du procéder à quelques aménagements en interne. Gui Ponsard reste chargé des Travaux, des Bâtiments publics et du Patrimoine tandis que Marie-Anne Benne et Martine Schmit se partageront la présidence du CPAS en alternance. La première exercera le mandat pendant trois ans avant de passer le relais à la seconde pour la deuxième moitié de la législature.