Luxembourg

Selon le directeur de la Maison wallonne de la pêche, il s’agirait d’un pacu, apparenté au piranha.

Jeudi vers 18 h, Alexandre Rochette et Dylan Romain, deux jeunes pêcheurs de Bertrix, ont sorti un étrange poisson des eaux de la Semois, à l’entrée de la commune d’Herbeumont. « J’ai été étonné car je n’avais jamais pêché ce genre de poisson », commente Alexandre, 23 ans. «Ses dents m’ont fait penser aux piranhas des aquariums. J’ai fait très attention en le soulevant pour ne pas me blesser. »

© D.R.
De retour à la maison, le jeune Bertrigeois l’a congelé afin de le faire analyser par un laboratoire spécialisé. Des photos ont été envoyées à la Maison wallonne de la pêche à Namur. Elles ont été analysées par l’équipe de scientifiques. «Ce poisson n’est pas une espèce que l’on trouve dans la Semois », précise Frédéric Dumonceau, le directeur de la Maison wallonne de la pêche. « De par sa morphologie, il ressemble au pacu, un poisson originaire d’Amérique du Sud. S’il est apparenté au piranha, il n’a pas les mêmes caractéristiques du point de vue de son alimentation. En effet, il est exclusivement végétarien et ne présente aucun danger pour l’homme. »

© D.R.
Selon Frédéric Dumonceau, s’il se confirme qu’il s’agit bien d’un pacu, il n’est pas arrivé tout seul à cet endroit. « Depuis quelques années, les pêcheurs constatent la présence de gobies à taches noires, des poissons asiatiques, dans la Meuse, du côté de Liège. Leur présence s’explique par les connexions entre les bassins de la Meuse et du Danube. Dans ce cas-ci, cette explication ne tient pas : il n’est pas arrivé tout seul dans la Semois ! » L’hypothèse la plus crédible ? Il provient d’un aquarium ou d’un bassin et a été jeté dans la rivière par un propriétaire peu scrupuleux. En Europe, ces espèces ne peuvent passer l’hiver dans nos cours d’eau car la température de l’eau est très basse. Impossible, donc, qu’ils s’y reproduisent…