Luxembourg L’UCM a présenté un mémorandum. Parmi les points négatifs : la couverture Internet insuffisante

En matière de communication, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne dans la province. Qui n’a jamais entendu une connaissance dire "Chez moi, ça rame !" en parlant de sa connexion Internet.

Dans son mémorandum, l’UCM soulève ce point et demande aux responsables politiques de se pencher sur la question. "Il y a encore trop de zones blanches dans la province (entre 15 et 20 %). On parle d’endroits où une connexion n’existe pas. Ou alors elle existe mais elle est trop lente pour en permettre une bonne utilisation", confie Philippe Ledent, le vice-président de l’UCM Mouvement Luxembourg. En pratique, il vaut mieux habiter dans des zones plus urbaines que rurales. Du côté de Bertrix/Herbeumont par exemple, certains commerçants ont des soucis récurrents. Et ce n’est pas bon pour les affaires. "Mon entreprise se situe à Bertrix. Normalement, nous avons Internet mais il arrive trop souvent qu’il y a ait des coupures. Je dois donc retourner à la maison, à 14 kilomètres de là, pour checker les mails de mes clients. Pour le GSM, c’est pareil. L’antenne relais se situe à proximité mais, comme nous sommes en pleine nature au milieu des des arbres, la connexion n’est pas des plus optimales. Techniquement, nous n’avons pas grand-chose comme solution, si ce n’est amener la fibre optique. Mais cela coûte beaucoup trop cher. C’est impensable", confie un commerçant du coin.

Pour remédier rapidement à cette situation, l’UCM prévoit un plan d’attaque. L’idée est que la province de Luxembourg devienne ce qu’on appelle un smart territoire. C’est-à-dire un territoire intelligent et connecté. Une bonne idée mais, en pratique, la mise en place n’est pas si simple… "Il faut engager une politique volontariste et mobilisatrice à l’échelle provinciale. Désigner un chef de projet qui aura comme principales missions de cartographier les zones sensibles puis d’établir les priorités. Avant d’enfin choisir les technologies les plus appropriées. Il faut aider les entreprises de la province à réussir leur transition numérique en mobilisant des moyens spéciaux", conclut Philippe Ledent.

Laurent Trotta