Luxembourg Pour Jean-Pierre Lutgen, il est temps d’oser investir pour doter la ville de nouvelles infrastructures

Jean-Pierre Lutgen, candidat bourgmestre en duo avec Ludovic Moinet, sur la liste Citoyens positifs, vient de dévoiler, en primeur, quelques projets parmi d’autres qu’il souhaite concrétiser, avec son équipe, au cours de la prochaine législature. Rencontre.

Votre projet se fonde sur les principes de bonne gouvernance et de citoyenneté. Quels changements voulez-vous apporter ?

"Nous voulons jouer la carte de la transparence en ouvrant un espace questions/réponses pour les citoyens sur la plateforme internet de la commune et dans le bulletin communal mais aussi rendre la parole aux habitants en leur permettant de donner leur avis et de faire des propositions. Le conseil communal doit redevenir un lieu d’échanges. Nous voulons le retransmettre sur les réseaux sociaux et organiser des consultations citoyennes sur les projets importants."

Des changements au niveau de l’administration communale ?

"Le mode de fonctionnement doit changer en s’appuyant sur trois mots clés : partenaire, confiance et délégation. Les différents services travailleront en toute autonomie sans être constamment surveillés et fliqués. En ce qui concerne les finances, il est temps d’oser emprunter pour de vrais projets structurants."

Quels sont ces grands projets ?

"En matière de soins de santé, nous voulons tout mettre en œuvre pour préserver l’hôpital de Bastogne et ses urgences et créer à côté de l’hôpital, ou à un autre endroit, une maison de la naissance. Cela fait dix ans qu’il n’y a plus eu de naissance à Bastogne. Nous pourrions suivre le modèle néerlandais."

Et en matière d’infrastructures ?

"Nous projetons de construire, route de Marche ou sur le terrain de foot des Récollets, un véritable hall polyvalent pour y organiser des concerts, des expositions, des marchés de terroir, etc. Un vaste parking y serait aménagé avec l’objectif d’en faire une zone de délestage et de covoiturage. Nous projetons, par ailleurs, d’ouvrir une maison des associations et d’aménager de nouvelles infrastructures sportives, par exemple, pour le rugby et le hockey."

Nadia Lallemant