Luxembourg Les parents d’une handicapée adulte ont déposé plainte

Les parents de la jeune handicapée adulte ont eu l’impression d’être victimes par deux fois. Tout d’abord en recueillant les confidences de leur fille se disant victime d’attouchements d’un éducateur du centre Andage, une institution spécialisée qu’elle fréquentait à Bastogne. Mais ensuite en apprenant que leur fille était exclue du centre car ils avaient déposé plainte auprès de la police en raison des agissements dénoncés.

Les parents ont interpellé l’Aviq (Agence wallonne pour une vie de qualité, qui a un regard sur ces institutions pour personnes handicapées) et la ministre de tutelle Alda Greoli à la suite de cette exclusion. Sur le plan judiciaire, la procédure s’est poursuivie et l’éducateur été renvoyé en correctionnelle.

Le dossier est arrivé ce jeudi devant le tribunal de Neufchâteau. Il est question de baisers et de gestes déplacés. Mais le prévenu nie ce qu’on lui reproche. Il n’a pas eu de relation privilégiée avec l’handicapée adulte et la seule proximité physique l’a été lors d’ateliers de théâtre, dit-il. Une expertise psychologique donne du crédit aux confidences de la jeune femme. L’éducateur préfère ne pas commenter en expliquant qu’il n’est pas psychologue.

Le tribunal a entendu un médecin généraliste, connaissant la famille depuis des années, et qui a reçu les confidences de la jeune femme. Lui aussi juge cela crédible. "Elle dit avoir été isolée à l’étage et elle ne peut avoir inventé cela vu sa personnalité", selon lui. De son côté, la présidente elle-même souhaite entendre un autre témoignage, celui d’une personne affirmant qu’il s’est passé quelque chose au sein du centre, notamment au regard des horaires de travail de l’éducateur. Et ce, pour éclairer les différentes parties. L’affaire reviendra le 13 décembre prochain pour entendre le témoin.

S.E.