Luxembourg Les malfrats ont été mis en fuite avant d’avoir pu voler quoi que ce soit.

Dans la nuit de mardi à mercredi, l’entreprise de matériel horticole Rousseau a été victime d’une tentative de cambriolage le long de la N4 à Sinsin. Les malfrats ont troué le bardage en tôle du bâtiment à plusieurs endroits pour s’introduire à l’intérieur, avant d’être mis en fuite par les propriétaires.

"Nous sommes équipés d’un système de vidéosurveillance relié à nos GSM", explique le patron de l’entreprise, Christian Rousseau. "Heureusement que mon fils a pensé à vérifier les caméras ce soir-là. Il a constaté qu’une d’entre elles était cassée. En vérifiant celles de l’atelier, il a vu des lampes torches en mouvement dans la cuisine."

Les propriétaires se sont immédiatement rendus sur place. À leur arrivée, ils ont aperçu deux hommes s’enfuir à travers la pelouse, interrompus en pleine action avant d’avoir pu voler quoi que ce soit. "Après avoir percé le mur, les cambrioleurs sont arrivés dans la cuisine", poursuit Christian Rousseau. "Ils ont même cassé la cuisine équipée pour pouvoir passer. Une fois à l’intérieur, ils ont entrepris de casser les murs pour passer d’une pièce à l’autre. Je ne comprends pas pourquoi, la porte n’était même pas verrouillée." Bien qu’ils soient repartis les mains vides, les cambrioleurs ont causé d’importants dégâts. "Si on additionne les panneaux, la cuisine, les murs intérieurs, les caméras, l’éclairage… Il y en a facilement pour 20 000 €."

C’est la 20e fois que des malfrats s’en prennent au magasin. "Ils cherchent généralement à emporter les tronçonneuses : c’est cher, facile à emporter et facile à revendre. Les derniers vols remontent au mois d’août. On nous avait alors volé 35 machines !" Ce n’est pourtant pas faute d’avoir renforcé la sécurité. "On améliore chaque fois la sécurité, mais ça ne suffit pas. On a prévu d’installer de nouveaux volets et des détecteurs en façade, mais on est pratiquement au maximum. Des vigiles passent même la nuit dans le magasin quand des événements ont lieu dans la famille ! Il y a longtemps que je ne dors plus la nuit. C’est bien parce que mes enfants se sont investis dans l’entreprise. Sinon, j’aurais déjà fermé boutique."

N.P.